Air Algérie: La justice dit son mot sur le vol controversé Oran-Adrar

0
Air Algérie
Advertisement

Un vol d’Air Algérie a suscité la polémique, après avoir été lancé il y a quelques jours avec de nombreux sièges vides d’Oran à Adrar, et a empêché des passagers algériens de monter à bord, en raison d’une altercation verbale avec certains responsables de la compagnie.

A la suite de cet incident, le juge d’instruction du tribunal de Sania d’Oran a ordonné, jeudi, le placement en détention provisoire de deux salariés d’Air Algérie, tandis que trois autres ont été placés sous contrôle judiciaire, selon le site ANNahar .

Le site Internet précise que « l’ordre de caution est venu sur des accusations d’abus de position. Après le décollage d’un avion de l’aéroport international Ahmed Ben Bella vers l’aéroport d’Adrar, il était presque vide, malgré la présence de dizaines de voyageurs à l’aéroport d’Oran ».

Vœux de Tebboune

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, s’était exprimé lors d’une interview télévisée début août sur l’incident du vol d’Air Algérie.

Tebboune s’est engagé à « faire face à de telles pratiques qui entravent la mise en œuvre de ses réformes ». Il a déclaré qu’un groupe de jeunes s’était vu refuser l’embarquement dans l’avion d’Oran à Adrar en raison d’un différend avec certains responsables d’Air Algérie, ajoutant que ces responsables sont ceux qui rempliront les prisons à l’avenir.

Le site communautaire a indiqué que la présidence algérienne suit de près ce dossier prioritaire, notamment après le limogeage de l’ancien directeur général des compagnies aériennes, et la nomination du nouveau directeur, Yassin Ben Suleiman, comme son successeur, il y a environ deux mois.

Air Algérie n’a fait aucun commentaire sur la décision de justice.

Article précédent« Extradition et lutte contre le terrorisme » .. Un nouvel accord entre le Maroc et Israël
Article suivantEntre positionnements internationaux et rapports de force internes… La scène tunisienne va-t-elle changer ?