Touchée par la mort de 14 de ses éléments, l’armée nationale populaire (ANP) réplique. Elle a révélé ce dimanche son bilan d’activité du premier semestre de l’année en cours.

Alors que nous avons appris ce matin la mort de 14 soldats de l’Armée nationale populaire (ANP), tués samedi soir  lors d’un violent accrochage sur la route qui les menait vers Ouacifs, à une quarantaine de kilomètres de la ville de Tizi Ouzou, l’ANP a livré ce dimanche le bilan trimestriel de ses activités depuis janvier 2014.

Au cours de trois premiers mois de l’année, l’armée nationale affirme avoir éliminé « 37 terroristes », dont 22 au cours du mois de mars, dans un communiqué de presse rendu public par l’APS ce dimanche. Dans ce communiqué, le ministère de la Défense nationale indique également avoir mis la main sur « un important lot d’armes et de munition de guerre ».

Dans le détail, le ministère précise avoir récupéré depuis janvier dernier « plus de 46 fusils et autres armes de guerre », dont « 26 fusils automatiques de type kalachnikov, 7 fusils semi-automatique de type Siminov, 3 lance-roquette RPG-7 et un fusil mitrailleur ». Ce n’est pas tout. Il indique s’être aussi saisi de « fusils à pompe, à lunette et de chasse, utilisés par ces hordes criminelle ».

Des résultats « probants » en Kabylie

La Kabylie reste le territoire privilégié des terroristes, qui opèrent en Algérie. C’est donc dans cette région, que l’armée dit redoubler d’effort et avoir des résultats encourageants. « L’axe Boumerdès-Tizi Ouzou demeure la zone où l’activité anti-terroriste a enregistré les résultats les plus probants », peut-on ainsi lire dans cette déclaration. « Durant les trois premiers mois de l’année en cours, 21 terroristes, parmi lesquels de dangereux criminels, ont été éliminés par les éléments de l’ANP dans cette zone relevant de la 1ère région militaire », ajoute le ministère de la Défense.

Autre région sensible et touchée par le terrorisme : le Sud. Outre en Kabylie, l’armée nationale populaire a mis en place un dispositif anti-terroriste important dans les régions frontalières, notamment dans « la 3è, la 4è, la 5è et la 6è région militaire », souligne le communiqué. Ces « opérations qualitatives », menées dans ces régions frontalières, ont permis « d’éliminer plusieurs terroristes et de récupérer un armement important, notamment à El Oued, Adrar, Tébessa et Bordj Badji Mokhtar », précise le ministère de la Défense dans son communiqué.

Avec APS

Article précédentSanté/ L’immense souffrance des enfants cancéreux
Article suivantLe conseil syndical d’ArcelorMittal décide d’élire de nouveaux dirigeants syndicaux