Algérie et Arabie saoudite : création d’un Conseil suprême de coordination pour renforcer la coopération

0
Algérie et Arabie saoudite création d'un Conseil suprême de coordination pour renforcer la coopération

Algérie: Le Royaume d’Arabie saoudite a décidé hier mardi de mettre en place le Conseil suprême de coordination saoudo-algérien, lors d’une session du Conseil des ministres saoudien présidée par le prince héritier Mohammed ben Salmane.

Cette initiative vise à renforcer la coopération entre l’Algérie et l’Arabie saoudite dans les domaines politique, sécuritaire, économique et culturel.

L’Algérie et l’Arabie saoudite ont convenu de la mise en place d’un conseil supérieur de coordination algéro-saoudien en 2018. Lors de sa visite en Algérie à la fin de l’année dernière, le ministre saoudien des Affaires étrangères a confirmé que les relations bilatérales entre les deux pays sont l’une des pierres angulaires de l’action arabe commune.

Le ministre saoudien a également confirmé une grande entente entre les deux pays dans les dossiers qui les concernent et concernent la sécurité de la région et du monde. Cette initiative marque un renouveau des relations entre les deux pays, qui avaient été interrompues pendant des années en raison de positions divergentes sur plusieurs points.

En effet, les positions des deux pays différaient sur de nombreux points, notamment en ce qui concerne l’opposition de l’Algérie à la classification du « Hezbollah » libanais comme organisation terroriste, le refus de qualifier les « Frères musulmans » de groupe terroriste, et le refus de participer à la guerre du Yémen, au blocus du Qatar, ainsi qu’à la crise syrienne.

L’Algérie se dirige donc vers une nouvelle ère avec le Royaume d’Arabie saoudite, comme l’a confirmé la visite de la première capitale saoudienne par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, un mois après son arrivée au pouvoir. Cette initiative devrait renforcer la coopération entre les deux pays et contribuer à la stabilité de la région.

Article précédentLes efforts d’Israël pour élargir la normalisation avec des pays islamiques aux frontières de l’Algérie suscitent des inquiétudes
Article suivantLe président français a-t-il annulé sa visite prévue au Maroc ?