Le Maroc dans un nouveau dilemme : accusations d’implication dans la distribution de gaz russe en contournant les sanctions occidentales.

    0
    Le Maroc dans un nouveau dilemme : accusations d'implication dans la distribution de gaz russe en contournant les sanctions occidentales.

    Les relations entre le Maroc et l’Europe continuent de se détériorer, avec une nouvelle controverse impliquant le régime du Makhzen et ses importations de gaz russe.

    Des membres du Parlement européen ont exprimé leur inquiétude quant à l’utilisation des côtes nord du Maroc par la Russie pour décharger et distribuer du carburant à des tiers, ce qui contrevient aux sanctions imposées par l’Occident à Moscou.

    Selon les médias, les députés européens ont appelé la Commission européenne à enquêter sur cette affaire et ont accusé le régime marocain de contourner les sanctions malgré son alignement avec les opposants à la Russie. Le Maroc a importé plus de 40% de ses besoins en carburant russe, ce qui va à l’encontre de ses engagements envers l’Occident et confirme qu’il est un partenaire opportuniste.

    Le régime marocain du Makhzen a été confronté à de nombreuses critiques ces derniers temps, notamment pour sa violation des droits de l’homme et de la liberté d’expression, ainsi que pour ses scandales d’espionnage et de corruption politique.

    En outre, le Maroc a été critiqué pour son alignement avec l’entité sioniste, ce qui a conduit à des accusations d’espionnage de hauts responsables européens et à des scandales d’achat de représentants européens avec de l’argent.

    La controverse autour des importations de gaz russe montre que le Maroc ne bénéficie plus de la protection qu’il avait autrefois sous le toit du Parlement européen. Les relations avec les anciens alliés européens se sont détériorées en raison de l’opportunisme excessif du régime, qui a abandonné ses alliés européens au profit d’une alliance avec les États-Unis et l’entité sioniste. Cette nouvelle controverse ne fera qu’ajouter à la méfiance de l’Europe à l’égard du régime marocain.

    Le Maroc a longtemps cherché à renforcer ses relations avec les États-Unis et l’entité sioniste, convaincu que Washington sous l’administration Trump le soutiendrait. Cependant, cette stratégie a conduit à un isolement croissant de la part des anciens alliés européens du Maroc, qui sont préoccupés par les violations des droits de l’homme et de la liberté d’expression dans le pays.

    Le Maroc doit faire face à une décision difficile : continuer à s’aligner avec les États-Unis et l’entité sioniste au risque d’isoler davantage le pays de ses anciens alliés européens, ou chercher à renouer avec l’Europe en reconnaissant les préoccupations légitimes de ses partenaires européens. Si le régime marocain ne parvient pas à changer de cap, il risque de perdre encore plus de crédibilité et de soutien de la part de la communauté internationale.

    Le régime marocain, qui a toujours agi selon ses propres intérêts et a considéré ses alliés comme des pions pour ses propres fins, se retrouve aujourd’hui dans une situation difficile, confronté à des pressions de la part de ses «anciens» alliés européens qui ne tolèrent plus ses comportements opportunistes et ses atteintes aux droits de l’homme.

    En effet, le Maroc a longtemps bénéficié du soutien des pays européens en raison de son rôle stratégique en tant que pont entre l’Europe et l’Afrique. Mais les actions récentes du régime marocain ont mis à mal cette relation de longue date. Les accusations d’espionnage et de corruption politique ont été un élément déterminant de la perte de confiance des Européens envers le Maroc.

    Le nouvel élément dans cette relation est la question du contournement des sanctions contre la Russie. Les Européens sont très clairs sur leur opposition à l’opération militaire de la Russie en Ukraine, et le Maroc s’est aligné sur cette position en s’opposant aux sanctions contre la Russie. Cependant, les accusations selon lesquelles le Maroc aurait aidé la Russie à contourner ces sanctions sont très préoccupantes pour les Européens.

    Le régime marocain ne peut pas se permettre de perdre ses liens avec les pays européens, qui sont ses plus grands partenaires commerciaux. Mais les actions du régime marocain ont mis cette relation en péril.

    En conclusion, le régime marocain se retrouve aujourd’hui confronté à des défis majeurs. Ses actions opportunistes et ses atteintes aux droits de l’homme ont mis à mal ses relations avec ses «anciens» alliés européens, tandis que les accusations de contournement des sanctions contre la Russie risquent de porter un coup fatal à sa crédibilité internationale.

    Article précédentLes efforts d’Israël pour élargir la normalisation avec des pays islamiques aux frontières de l’Algérie suscitent des inquiétudes
    Article suivantLa Cour suprême européenne prononcera-t-elle le coup fatal au régime marocain du Makhzen en juin prochain ?