Comment ne pas remercier la presse algérienne, à la quelle j’accorde une importance capitale depuis des décennies dans mes écrits, sans distinction car devant respecter toutes les sensibilités, pour le développement des libertés indissociables à un développement durable de l’Algérie. Lorsqu’un organe de presse nait c’est l’hymne à la liberté. Lorsqu’un organe de presse meurt c’est l’espoir d’un pays qui s’en va. «La modestie permet de progresser. L’arrogance est un frein» (Proverbe chinois

L’intellectuel n’est pas nécessairement un philosophe ou un écrivain et encore moins un professeur d ‘Université. Et c’est cela qui fait que les journalistes peuvent parfois jouer le rôle des intellectuels autrefois réservés aux scientifiques surtout dans une société hypermédiatisée. Selon mon humble avis , le rôle de l’intellectuel ou du journaliste n’est pas de produire des louanges par la soumission contre productivepour le pouvoir lui-même en contrepartie d’une distribution de la rente, mais d’émettre des idées constructives, selon sa propre vision du monde, par un discours de vérité pour faire avancer la société. Aussi, toute société qui limite la critique positive, ne mets pas en place des contrepouvoirs politiques et sociaux, en favorisant l’alternance au pouvoir (que bon nombre de dirigeants du Sud prennent exemple sur le Brésil ce pays émergent) en s ‘appuyant sur des intellectuels organiques aux ordres, selon l’expression heureuse de Antonio Gramsci, est vouée à terme à la décadence car une société sans intellectuels critiques est comme un corps sans âme.

Docteur Abderrahmane MEBTOUL Expert International.

Originally posted 2010-11-01 18:02:22.

Article précédentCovid-19 en Tunisie / le précieux appui de l’Algérie
Article suivantAlgérie : le Pouvoir soumet sa mouture de la Constitution aux partis politiques