Algérie: Le retour de l’allocation touristique à 100 euros

0
allocation touristique algerie
Advertisement

Algerie: Après s’être détériorée à des niveaux bas, atteignant 95 euros à partir de janvier 2020, coïncidant avec le début de l’épidémie de Corona et les mesures de suspension des voyages, l’allocation touristique a augmenté début août pour atteindre 102 euros, contre 15 000 dinars pour chaque Algérien partant à l’étranger une fois par an.

Bien que le dinar algérien stagne depuis des années et n’ait pas connu de reprise ces derniers mois, la crise de l’euro et la hausse de la valeur du dollar par rapport à la monnaie européenne ont donné un nouvel élan au dinar face à l’euro et ont contribué à faire monter la valeur de l’allocation touristique dans les banques, qui s’élevait ces derniers mois à 95 euros Monter à plus de 100 euros, plus précisément 102 euros, au cours du mois d’août, à un moment où cette bourse atteignait et dépassait 150 euros il y a 10 ans .

L’expert économique, Abdel Rahman Aya, a déclaré que l’augmentation de la valeur de l’allocation touristique dont bénéficie l’Algérien partant à l’étranger est due à la hausse de la valeur du dollar par rapport à l’euro, ajoutant , « Le dinar ne s’est pas redressé, mais continue de baisser, et tout citoyen peut le ressentir à travers la hausse de la valeur du nisab pour la zakat cette année par rapport aux années précédentes, lorsque la valeur de la monnaie nationale diminuait devant l’or. ”

Aya : La valeur est très faible et ne répond pas aux besoins de plus de deux jours à l’étranger

Le porte-parole a ajouté : « Alors que la justification de la hausse du taux de change du dinar par rapport à l’euro tient au fait que son évaluation dépend d’un panier de devises, qui est la hausse du prix du dollar par rapport à l’euro, ce qui a automatiquement provoqué une hausse du taux de change du dinar par rapport à la monnaie européenne, tandis que la valeur du dollar a augmenté en raison des fluctuations du prix du pétrole récemment, car la relation entre le dollar et la bourse du pétrole est inverse.

Ayah souligne que le dinar est une monnaie gérée, c’est-à-dire qu’il est soumis aux interventions de la Banque d’Algérie et du ministère des Finances et que sa toiture est contrôlée par les autorités monétaires en Algérie et n’est pas soumise à la logique d’approvisionnement et demande, car le but de dévaluer le dinar est parfois de gérer des montants supplémentaires en monnaie nationale après avoir transféré les revenus d’exportation d’hydrocarbures du dollar, tandis que le but d’augmenter sa valeur peut être de réduire la facture d’importation de certains produits en provenance de l’étranger.

L’expert économique estime que la valeur de la bourse touristique est aujourd’hui très faible et ne répond pas aux besoins de l’Algérien pendant plus de deux jours au plus tard, car le citoyen dépense dans le pire des cas 50 euros chaque jour, ce qui signifie que son un séjour de 10 jours à l’étranger lui impose de bénéficier d’une bourse touristique équivalente à 500 euros, ce qui a été jugé rejeté par les autorités algériennes, qui se contentent de donner au citoyen partant à l’étranger l’équivalent de 15 000 dinars, obligeant le voyageur à acquérir ses besoins de devises fortes du marché noir.

Comme solution à ce problème, l’expert a suggéré d’ouvrir d’urgence des bureaux de change pour les devises fortes dans les banques, avec la vente de devises à ceux qui partent à l’étranger pour le tourisme à la valeur du dinar sur le marché noir, afin que l’Algérie ne perde plus » duffies » et de garder les transactions d’achat et de vente de devises sous ses yeux.

Cela intervient au moment où le plan d’action du gouvernement inclut dans ses axes la fin de l’existence des marchés des devises fortes, et l’ouverture des bureaux de change pour les Algériens se rendant à l’étranger, points que le Gouverneur de la Banque d’Algérie devrait aborder lors de son arrivée. à l’Assemblée populaire nationale pour présenter le bilan financier et monétaire et débattre des dossiers concernés en début de session parlementaire Début septembre, les parlementaires ont protesté contre l’absence des rapports de la Banque d’Algérie sur les recettes en espèces de l’Algérie pour plusieurs chapitres.

Article précédentAlgérie: Pas de paix avant la fin de l’occupation marocaine et israélienne
Article suivantEn détail: nouvelles lignes et vols supplémentaires pour Air Algérie