comité de soutien pour Youcef Ould Dada

Indignés par le procès de Youcef Ould Dada qu’ils qualifient « d’inique », des citoyens et citoyennes ont décidé de créer un comité pour soutenir cet informaticien condamné à 2 ans de prison et 100 000 DA d’amende.

Accusé d’avoir diffusé une vidéo montrant des hommes en uniforme de policiers en train de dévaliser un magasin dans la commune d’El Guerrara, à 115 km de Ghardaïa, Youcef Ould Dadda, 47 ans, incarcéré depuis le 27 mars 2014, a été condamné en première instance le 14 Juin 2014 pour outrage envers corps constitué et exposition au regard du public de publications de nature à nuire à l’intérêt national.

Le 1er septembre, la Cour de Ghardaïa a confirmé ce premier jugement condamnant le citoyen Ould Dada Youcef à 2 ans de prison et 100 000 DA d’amende. Une condamnation qui a suscité l’indignation de plusieurs acteurs et mouvements de la société civile en Algérie.

Un comité de soutien a été mis en place par des citoyens et citoyennes mobilisés pour réclamer la libération du cyber-activiste algérien. Pour les membres de ce comité de soutien, le conflit d’intérêt invoqué par les juges fait du procès de Youcef Ould Dada un procès fallacieux.

C’est en effet la partie plaignante du procès pénal (la Direction générale de sûreté nationale) qui a expertisé la vidéo sur laquelle s’est fondé le Ministère public pour conclure que le film montrant les policiers en action est un montage.

Ce comité de soutien a pour but de « mobiliser l’opinion publique nationale et internationale autour de ce énième cas d’arbitraire institutionnalisé » pour réclamer la libération de Youcef Ould Dada, explique le communiqué.

Le comité de soutien compte à cette heure près de 80 personnes de la société civile, de tous horizons géographiques et sociaux. La liste de ses membres est actualisée en temps réel sur le site du Quotidien d’Algérie.

Article précédentFrance – Infographie. Fiche technique pour clouer le bec à un ami raciste
Article suivantPourquoi les juifs sont si puissants et les musulmans si impuissants ? Par Dr. Farrukh Saleem