blank

Gherib Abdelouahab est un cadre de l’entreprise nationale des Appareils de Mesure et de Contrôle (AMC), une filiale du groupe Sonelgaz, située à El-Eulma dans la wilaya de Sétif. Âgé de 55 ans, il vit un véritable cauchemar depuis 2008, année au cours de laquelle il avait dénoncé un scandale qui a mis en danger la sécurité et la vie de nos concitoyens. 

Ce cadre a commis la malheureuse erreur de porter à la connaissance de sa hiérarchie des opérations d’importation frauduleuses de constituants plastiques et électroniques des compteurs électriques importés de manière frauduleuse et sans aucune déclaration douanière comme le prouve ce document en notre possession.

Dans ce document, un chef de département de l’AMC explique clairement que ces composants, fabriqués par la filiale tunisienne du français SAGEM, ont été importés sans respecter la réglementation en vigueur. De plus, ces composants  ne correspondent pas aux normes de sécurité et « génèrent des incendies et explosions parfois mortels », dénonce Gherib Abdelouhab dans une déclaration à Algérie-Focus.

Eulma rapport

En sa qualité de membre du conseil d’administration d’AMC, notre interlocuteur a alerté tous les responsables du groupe Sonelgaz pour les avertir des conséquences dangereuses de ce scandale. « Mais au lieu de déclencher des enquêtes et de prendre en charge ce dossier, les responsables d’AMC et de Sonelgaz ont entamé à mon encontre une véritable campagne de harcèlement ». Pour le contraindre au silence, en 2011, Gherib Abdelouahab a été agressé au sein même de l’entreprise par un agent indélicat quinn’a jamais été inquiété. « Bien contraire, la direction lui a garanti une protection », déplore encore notre interlocuteur. Au bout de plusieurs mois de pressions et de menaces, notre cadre a été licencié abusivement et la direction de l’AMC est allée jusqu’à fouiller dans son dossier de scolarité pour trafiquer une pièce  et justifier sa mise à l’écart. S’en est suivi plus tard, un véritable bras de fer judiciaire qui dure  aujourd’hui encore. En 2012, la Cour d’El-Eulma a ordonné sa réintégration professionnelle. Mais rien n’a encore été fait dans ce sens. Une autre plainte pour diffamation, déposée par le PDG de Sonelgaz,  Noureddine Bouterfa, est encore en suspens au niveau de la Cour Suprême.

Licenciements, pressions, menaces, agressions, la vie de Gherib Abdelouahab a entièrement basculé dans le tourmente parce qu’il a fait son travail pour dénoncer un scandale de malversation qui impacte directement la vie des Algériens. Contactée par nos soins, la direction générale de Sonelgaz affirme ignorer cette affaire. « AMC est une filiale indépendante et dispose de son propre conseil d’administration », explique le service de communication de Sonelgaz.

Signalons enfin que toutes nos tentatives de joindre la direction de l’AMC à El-Eulma n’ont pas abouti. Et pendant ce temps, Gherib Abdelouahab subit son exclusion. Et le scandale de mauvaise gestion est remisé dans les tiroirs.

Article précédentPrésidence : Tebboune signe la loi de finances 2021 (vidéo)
Article suivantQuand les Belges fêtent leur victoire depuis Alger