Des galères portugaises se sont échouées, ces derniers jours sur les plages de Boumerdès et de Tipaza. Cet organisme marin ressemble à une méduse, mais ce n’en est pas une. Celle-ci est très toxique et peut être mortelle pour l’homme et l’animal.

Après avoir été signalées à Boumerdès, des galères portugaises se sont échouées sur la plage de la commune d’Aïn Tagourait, dans la Daïra de Bousmail, wilaya de Tipaza.

Les services de la commune ont, d’ailleurs, alerté les estivants de la présence de cet organisme marin toxique qui était apparu récemment au large de Boumerdès.

Bien qu’évoluant dans les milieux tropicaux et subtropicaux des océans atlantique et indien, des individus isolés peuvent cependant s’infiltrer dans des milieux naturels qui ne lui sont pas adaptés, à l’instar de la Méditerranée.

Les conséquences d’un contact avec l’homme semblent cependant varier d’un individu à l’autre. En tout cas, il ne faut la manipuler sous aucun prétexte.

Les contaminations peuvent se limiter à des brûlures intenses, comme elles peuvent être accompagnées de multiples symptômes: douleurs musculaires locales ou généralisées, gêne respiratoire, crise hémolytique aiguë et défaillances cardiaques rénales.

Les lésions peuvent durer d’une à deux semaines selon les organes touchés et dans certains cas, la substance toxique peut être fatale pour celui qui y est exposé.

Article précédentRétablissement de retraite sans condition d’âge / l’UGTA fait renaitre l’espoir
Article suivantAlger : 400.000 voitures sont utilisées quotidiennement pour des motifs « injustifiés »