Après la chute des prix, l’Algérie acquiert 660 000 tonnes de blé

0
blé
Advertisement

Après la chute des prix internationaux du blé d’environ 10 % et la reprise des exportations de céréales depuis le port ukrainien d’Odessa, l’Algérie aurait acheté environ 660 000 tonnes de farine de blé.

L’agence Reuters a cité des négociants européens disant : « On pense que l’Office professionnel des céréales a acheté environ 660 000 tonnes de farine de blé d’origine facultative lors de l’appel d’offres d’importation de mardi ».

La source a ajouté que l’Office algérien interprofessionnel des céréales a payé environ 384 dollars la tonne, y compris les frais d’expédition pour la totalité de la quantité, ce qui correspond au prix indiqué par les commerçants dans les estimations initiales précédentes.

L’Algérie a demandé dans l’appel d’offres que l’expédition à partir des principales régions d’approvisionnement, y compris l’Europe, se fasse dans les périodes du 21 au 30 septembre, du 1er au 15 et du 16 au 31 octobre, et si la source est l’Amérique du Sud ou l’Australie, alors l’expédition est d’un mois plus tôt, selon Reuters.

Lors du précédent appel d’offres , qui a eu lieu en juin dernier, l’Algérie a acheté environ 740 000 tonnes au prix de 445 dollars la tonne, frais de port compris, soit une augmentation d’environ 50 dollars par rapport au prix actuel.

Avec le début de la guerre russe contre l’Ukraine, les prix des céréales ont connu une augmentation significative sur les marchés internationaux, mais le ministre de l’Agriculture Abdelhafid Hani a confirmé que l’Algérie avait pris des mesures à cet égard.

Le même responsable a révélé que « le stock de blé en Algérie est suffisant pour 10 mois pour satisfaire la consommation locale ».

Les Algériens ont consommé environ 11 millions de tonnes de blé au cours de la saison 2021-2022, selon le département américain de l’Agriculture.

La même autorité a expliqué que la production locale de blé en Algérie ne répond qu’à environ 34% des besoins des Algériens, elle se retrouve donc obligée d’importer de grandes quantités de cette matière pour couvrir le déficit.

La valeur des importations céréalières de l’Algérie s’élève annuellement à environ 7 millions de tonnes, avec une facture de plus de 2 milliards de dollars, tandis que la production nationale annuelle de blé dur est estimée à 3,17 millions de tonnes et les superficies cultivées à 8,6 millions d’hectares.

L’Algérie s’appuie sur 20 pays pour atteindre l’autosuffisance en blé, avec la France en tête, suivie par l’Allemagne, la Lettonie, la Lituanie et l’Argentine .

La Russie et l’Ukraine sont également parmi les principales destinations d’exportation de blé pour l’Algérie, avec les États-Unis, le Canada et la Pologne.

Article précédentUniversité: Les résultats d’orientation des bacheliers.. Benziane précise
Article suivantCoupe Arabe U20 : l’Algérie perd face à l’Egypte et ne parvient pas à atteindre la finale