espagne maroc

Des sources du renseignement français ont révélé que le Maroc est en grande difficulté en raison du retard espagnol dans le transfert de gaz via le gazoduc Maghreb-Europe.

Le site français Africa Intelligence a indiqué que le Maroc poursuivait ses efforts pour parvenir à un accord définitif avec l’Espagne pour un flux inversé de gaz de l’Europe vers le Royaume via le gazoduc Maghreb-Europe, et que les plans d’utilisation du gazoduc progressaient lentement.

Le site Internet des renseignements français a indiqué dans le rapport qu’il a publié aujourd’hui que ces progrès interviennent malgré l’ escalade algérienne vers l’Espagne sur fond de changement de position de Madrid vis-à-vis du Sahara Occidental.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, avait confirmé que l’Algérie s’oppose à l’utilisation du gaz reçu par l’Espagne pour le réexporter vers Rabat, via le gazoduc Maghreb-Europe.

Il y a quelques jours, le ministère de l’Énergie menaçait, dans un communiqué, d’annuler les contrats d’approvisionnement entre Sonatrach et ses clients espagnols, après que son homologue espagnole, Teresa Ribera, l’ait informé de sa décision d’autoriser la section hispano-marocaine du Maghreb – Pipeline européen devant être utilisé pour envoyer du gaz dans la direction opposée à Rabat.

Selon les mêmes sources, la société espagnole de distribution de gaz Inagas a récemment effectué des tests réussis tout en inversant le flux de gaz dans le gazoduc. Cependant, malgré le fait qu’Inagas n’ait pas encore publié d’accord avec le Maroc, il n’y a actuellement aucun gaz à expédier.

Le site a indiqué que les consultations à huis clos tenues par la ministre marocaine de l’Energie Laila Ben Ali dans le but de conclure des contrats à long terme pour la livraison de gaz naturel liquéfié aux stations de réception espagnoles pour la reconversion en gaz et la re-livraison via le Maghreb-Europe pipeline, n’a donné aucun résultat.

Les négociateurs du ministère n’ont pas non plus été en mesure, selon le site français, de négocier des conditions favorables pour les contrats de cinq ans souhaités par le ministre, au moment où les prix du gaz naturel liquéfié atteignaient des niveaux record en raison de la guerre russo-ukrainienne et des efforts déployés. par les pays européens pour se passer du gaz russe.

Article précédentL’épouse de Franck Ribéry passe un message à Belmadi et soutient la cause du match Algérie-Cameroun
Article suivantEspanyol : 15 000 documents et 1 000 photos ont été extraits du téléphone de Sanchez par Pegasus