Après le limogeage d’Halilhodzic, Lekjaa s’étonne de la décision du nouvel électeur marocain

0
Halilhodzic
Advertisement

Maroc Foot: Il y a deux jours, le président de la Fédération marocaine de football, Fouzi Lekjaa, a reçu une sévère gifle de la part de la Confédération africaine de football, CAF, qui a rejeté sa demande d’organiser le Super match africain entre le Wydad Casablanca et son rival, Nahdet Berkane, dans le Sahara Occidental.

Avant de digérer la décision de la CAF rejetant les projets du Makhzen envers l’Etat du Sahara Occidental, Fouzi Lekjaa a reçu une décision surprenante du nouvel électeur national marocain Walid Rakraki, qui a succédé à l’électeur bosniaque destitué Vahid Halilhodzic.

Walid Rekraki a proposé que son compatriote Omar Al-Harraq soit un nouveau membre de son staff technique dans l’équipe nationale marocaine, selon ce que des sources privées ont confié au site « Info Sport ».

Lekjaa a été surpris par la proposition de Rekraki, pensant qu’il s’était complètement débarrassé des décisions des électeurs nationaux du bataillon « Lions de l’Atlas », qu’il n’aimait pas, similaires à celles émises par l’article, Vahid Halilhodzic.

En raison des décisions obstinées du technicien bosniaque, son insistance à écarter certaines stars comme Hakim Ziyech, Lekjaa n’a pas pu leur résister, pour écarter Halilhodzic, qui a qualifié l’équipe marocaine pour la finale de la Coupe du monde Qatar 2022.

La Fédération marocaine de football avait publié un communiqué sur son site officiel, dans lequel elle affirmait que le départ de l’entraîneur bosnien de l’entraîneur de l’équipe nationale marocaine était consensuel et non par licenciement, comme le prônent plusieurs médias.

Le commentateur algérien, hafid derradji, a révélé dans un article d’opinion pour Al-Araby Al-Jadeed, le contraire de ce qui était inclus dans la déclaration de l’Association marocaine de football, lorsqu’il a également informé ses partisans sur les plateformes de médias sociaux, du contenu d’un coup de téléphone avec Halilhodzic.

Draghi a confirmé que Khalilhodzic lui avait révélé qu’il savait qu’il serait limogé en tant qu’entraîneur de l’équipe nationale marocaine, avant le début de la Coupe du monde Qatar 2022, l’assurant qu’il ne démissionnerait pas malgré sa connaissance de cela, et l’honneur de diriger 04 équipes pour disputer la Coupe du monde lui suffisent, dit-il.

Dans ce contexte, Halilhodzic a confié à son ami Draghi, que l’entraîneur qui persévère dans son travail avec la Fédération algérienne de football et son ancien président, Mohamed Raouraoua, est capable de travailler avec n’importe quelle fédération locale de football dans le monde.

Article précédentDans la vidéo: Mohammed VI « ivre » dans les rues de Paris et crée la polémique
Article suivantL’Algérie bloque la route au Maroc, et Tebboune confirme: « Nous corrigerons notre erreur avec la Guinée-Bissau »