Deux jours après les graves accusations portées à son encontre par la patronne du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, qui avançait vendredi dernier « l’éventualité » de son «implication dans l’enlèvement et l’assassinat du ressortissant français, Hervé Gourdel», le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie réagit.

En effet, dans un communiqué rendu public dimanche 28 septembre 2014, le MAK range Louisa Hanoune parmi les « affidés et supplétifs » du pouvoir algérien qui « veut salir et avilir le peuple kabyle » en lançant « des estocades à ceux qui symbolisent le combat pour la liberté ».

 « Animée par un anti-kabylisme primaire, Louisa Hanoune, une multirécidiviste, conforte la campagne médiatico-politique menée par l’Algérie et la France contre la Kabylie. En porte-parole de Bouteflika, elle accuse honteusement, le MAK, un mouvement kabyle, souverainiste, pacifique et laïc d’être impliqué dans l’enlèvement et l’exécution d’Hervé Gourdel. Pour le commun des citoyens, les propos de Hanoune  font d’abord rire. Mais de par leur gravité, ils donnent froid dans le dos, car ils seraient annonciateurs de répression de grande ampleur. Pour avoir bénéficié des relais officiels, ils pourraient n’être que ceux du pouvoir qui programmerait la destruction violente de la Kabylie», lit-on dans le document, signé par le président du mouvement, Bouaziz Aït Chebib.

Hanoune et l’ex-FIS à Sant’Egidio 

Le MAK rappelle ainsi à l’opinion « l’alliance scellée par cette secte avec les sanguinaires du FIS dans les années 90 [Plateforme de Sant’Egidio ou « Contrat de Rome » est un pacte signé par des leaders de l’opposition algérienne et des dirigeants de l’ex-FIS, à l’issue d’une réunion tenue en janvier 1995, à l’initiative de la communauté catholique de Sant’Egidio à Rome, ndlr]. «  De ce fait, estime-t-on dans le communiqué, le terrorisme est une pratique tolérée et défendue  par le PT au nom d’une pseudo réconciliation nationale qui a vu des terroristes assassins glorifiés, amnistiés, récompensés et même protégés par les lois algériennes».

Le MAK estime que la sortie de Hanoune, qui n’a jamais soufflé un «traître mot» suite aux nombreux kidnappings, attentats terroristes et assassinats perpétrés en Kabylie, est destinée à « salir l’image de la Kabylie aux yeux de la communauté internationale ».

Hanoune et le printemps noir de 2001

«Durant les événements du printemps noir, Louiza Hanoune, n’avait pas condamné l’Etat algérien qui a assassiné 128 jeune kabyles, elle a préféré dénoncer le fait que les représentants de cet Etat oppressif prenaient langue avec les archs sous prétexte de défendre l’unité nationale. Cette attitude reflète l’anit-kabylisme de ce personnage qui n’existe que grâce à la « générosité » du DRS et ses ramifications institutionnelles notamment  sa machine de la fraude électorale », rappelle-t-on encore. Et de souligner que Hanoune a été  la seule candidate à la présidentielle d’avril dernier à avoir reconnu la victoire électorale du président-candidat « mort-vivant ». « Cela montre à quel point, elle est prête à vendre son âme au diable.  Ses attaques récurrentes contre le MAK confirment que cette personne  est en service commandé  au profit  du  pouvoir  dans le vulgaire espoir de se voir récompensée par 1 ou 2 maroquins lors du prochain remaniement gouvernemental », analyse-t-on encore.

Tout en rappelant sa condamnation « avec la plus grande force de cette ignominie  abjecte et sa profonde solidarité avec la famille d’Hervé Gourdel », le MAK rappelle qu’il est « un mouvement  démocratique et pacifique qui lutte par des moyens politiques en condamnant toute forme de violence ». « Le terrorisme ne s’accommode pas avec les valeurs, les principes et le noble combat du MAK qui est un bâtisseur de la paix dans un environnement dominé par la terreur et la barbarie semées par les institutions algériennes que Louiza Hanoun soutient de façon indéfectible », est-il souligné enfin dans le même document.

Yacine Omar

Originally posted 2014-09-29 11:34:38.

Article précédentInfographie. Qui cherche vraiment de l’emploi en Algérie ?
Article suivantL’Algérie donne son feu vert à d’importants investissements touristiques étrangers, retour des projets émiratis