Bachir Derrais

Algerie: Le producteur et réalisateur Bachir Derrais a pris la défense de la militante politique Amira Bouraoui, soulignant sa solidarité avec elle en raison de son procès aujourd’hui, lundi, pour « violation de la connaissance de la religion et moquerie de certains hadiths prophétiques ».

Derrais s’est demandé comment un médecin compétent et instruit pouvait être jugé pour Abu Huraira, décédé il y a 14 siècles.

Derrais a ajouté que la place de Bouraoui est les grands hôpitaux pour exercer sa noble profession, pas les commissariats de police et les tribunaux.

Il est rapporté que Dries était à l’origine du procès et de l’emprisonnement de l’ancien directeur de la culture de la Wilayat de M’sila, Rabeh Zarif, à cause d’un commentaire dans lequel Abban aurait trahi Ramadan, ce que certains commentateurs considéraient comme une contradiction, comme la façon dont il refuse d’offenser Mujahid et accepte l’abus de mes compagnons.

Bouraoui a partagé un message de Saeed Jab Al-Khair sous l’autorité du compagnon Abu Huraira, commentant qu' »il y a ceux qui en ont dit plus sur vous que moi, mais ils n’ont pas été jugés ».

Il convient de mentionner que les services de sécurité avaient empêché la militante politique Amira Bouraoui de se rendre en France. En novembre dernier en raison des suites judiciaires à son encontre.

Le 18 octobre, la chambre correctionnelle du conseil de district de Tipaza avait confirmé le verdict de première instance de deux ans de prison, effectif contre le militant politique.

Boraoui a été poursuivi, pour « outrage » à un corps ordinaire dans l’exercice de ses fonctions et outrage à la personne du président de la République, et pour « présentation de publications portant atteinte à la sécurité publique, en plus d’avoir « porté atteinte à ce qui est connu ». de la religion et se moquant de certains hadiths prophétiques.

Article précédentPour faire baisser le prix du baril : les États-Unis menacent les membres de l’OPEP et provoque une polémique
Article suivantAprès avoir échoué à convaincre l’Algérie de soutenir Bachagha, l’Egypte recourt au Maroc