Belgique-Maroc: Les Connexions Secrètes du MR avec le Sahara Occidental

0
Belgique-Maroc: Les Connexions Secrètes du MR avec le Sahara Occidental

Le Sahara Occidental, une terre en proie à la controverse, où se mêlent politique, géopolitique et mystères, a récemment été le théâtre de déplacements politiques intrigants. Dans cet article, nous plongerons au cœur de cette affaire qui a secoué le monde politique belge à l’automne 2022, mettant en lumière les connexions inattendues entre le Mouvement Réformateur (MR) et ce territoire sous occupation marocaine.

Quatre parlementaires MR au Sahara Occidental

Tout commence en septembre 2022 lorsque quatre députés bruxellois MR, David Leisterh, David Weytsman, Clémentine Barzin et Gaëtan Van Goidsenhoven, sont invités par les autorités marocaines à se rendre au Maroc. Leur périple comprend également une visite éclair à Laayoune, la ville la plus importante du Sahara Occidental. Cette escapade, révélée par La Libre Belgique en janvier 2023, suscite rapidement des interrogations.

Le Sahara Occidental est le théâtre d’une longue lutte pour l’indépendance, et l’annexion marocaine est illégale au regard du droit international. Se rendre sur place en compagnie des autorités marocaines soulève des questions sur la position politique du MR. Pourquoi ce voyage ? Pourquoi ce choix de se rendre sur un territoire au statut aussi controversé ? « Pourquoi est-ce qu’il leur semblait nécessaire de se rendre au Sahara Occidental ? La réponse à cette question, c’est qu’on ne sait pas », déclare John Pitseys, chef du groupe Ecolo, au parlement bruxellois. Le silence persistant de David Leisterh, chef du MR bruxellois, ne fait que renforcer les suspicions entourant cette visite.

Pourtant, le Sahara Occidental n’est pas seulement une terre de désert, mais également un territoire où plusieurs ONG documentent de graves atteintes aux droits humains. Amnesty International signale des actes de torture et de mauvais traitements contre les militants sahraouis, avec une impunité préoccupante. La visite des députés MR semble donc encore plus controversée à la lumière de ces faits.

La déclaration d’Hadja Lahbib au Maroc

En octobre 2022, la ministre MR des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, s’exprime à son tour sur le Sahara Occidental lors d’un voyage officiel au Maroc. Elle reconnaît, au nom de l’État belge, que « le plan d’autonomie du Maroc au Sahara Occidental est une base sérieuse et crédible ». Cette déclaration suscite l’indignation des experts en droit international en Belgique, qui la jugent problématique.

Marjorie Beulay, maître de conférences à l’Université Picardie Jules Verne, estime que le plan d’autonomie compromet le droit à l’indépendance du peuple sahraoui. Elle souligne que les déclarations de certains pays, comme la Belgique, semblent être davantage dictées par des intérêts politiques et économiques que par le respect du droit international. Cette prise de position en faveur du Maroc est-elle réellement motivée par des convictions politiques ou par d’autres considérations ?

Malgré les critiques, Hadja Lahbib n’a pas souhaité répondre aux questions des enquêteurs, laissant planer le doute sur la position du MR concernant le Sahara Occidental.

Georges-Louis Bouchez en mission officielle

Fin octobre 2022, Georges-Louis Bouchez, président du MR, se rend en mission officielle au Maroc, invité par le parti libéral local. Officiellement, il ne s’agit que d’un déplacement sur le territoire marocain, comme l’indique la communication du MR. Cependant, une découverte fortuite de la cellule #Investigation de la RTBF révèle un agenda secret du leader du MR, incluant une visite au Sahara Occidental.

Cette information est confirmée par un cadre du parti libéral, mais le MR évite soigneusement d’aborder ce sujet délicat. Pourquoi Georges-Louis Bouchez s’est-il rendu au Sahara Occidental en toute discrétion ? Qui a-t-il rencontré ? Et pourquoi ce passage secret sur un territoire annexé par le Maroc ?

Les questions fusent, mais au sein du MR, c’est le silence radio.

Un avantage électoral ?

La multiplication des déplacements au Sahara Occidental et le soutien au plan d’autonomie marocain pourraient-ils bénéficier au MR sur le plan électoral ? Cette question se pose naturellement, car elle pourrait influencer les électeurs belgo-marocains.

Selon le politologue Pascal Delwit et le sociologue Andrea Rea, attirer les faveurs de la population belgo-marocaine pourrait être une stratégie du MR. Cependant, il reste à voir si cette approche fonctionnera. Les déclarations politiques sont scrutées de près par la communauté belgo-marocaine, que ce soit à travers les canaux officiels, la presse marocaine, ou les réseaux sociaux.

Conclusion

L’affaire du Sahara Occidental et ses liens présumés avec le MR belge soulèvent de nombreuses interrogations quant à la politique étrangère du parti et à ses motivations. Le silence et l’opacité qui entourent ces voyages et déclarations laissent planer un voile de mystère sur les véritables intentions du MR dans cette région du monde en proie à des conflits persistants.

La politique étrangère ne se limite pas aux frontières nationales, et les choix des partis politiques peuvent avoir un impact significatif sur la scène internationale. Il appartient donc à chaque citoyen de rester vigilant et de demander des comptes à ses représentants politiques, surtout lorsque des zones d’ombre subsistent dans leurs actions et déclarations. Le Sahara Occidental, avec son histoire complexe et ses enjeux géopolitiques, mérite une attention particulière, et il est de notre devoir de veiller à ce que les décisions prises par nos dirigeants soient guidées par la transparence, la légalité et le respect des droits humains.

Article précédentKarim Zaghib : Le Chercheur Algérien Qui Électrise le Canada et le Monde
Article suivantRecrutement au Québec : Les Pays Sources Interrogent les Pratiques Controversées