Abdelaziz Belkhadem remet son poste en jeu. Le secrétaire général du FLN va se soumettre à un vote de confiance lors de la session ordinaire du Comité central de son parti qui se tiendra la fin de ce mois.

Le secrétaire général du FLN, qui s’est exprimé pour la première fois dans les colonnes d’El-Khabar, a défié ses adversaires. Il les invite à un vote de confiance-ou de défiance- lors de la session du Comité central. « J’ai été élu par le Comité central. C’est cette instance qui est habilitée à me retirer ou me renouveler sa confiance », a-t-il dit. Il a en revanche renié toute légitimité aux huit ministres du parti qui ont appelé le secrétaire général à démissionner. « Personne ne leur a demandé de faire cela », a répliqué Abdelaziz Belkhadem à ceux qui voient des mains invisibles derrière cet agissement. Pis encore, le secrétaire général va plus loin : « le président de la République n’a pas besoin d’intermédiaires pour me congédier. Si demain, il me demandera de partir, je pars », a-t-il dit.

Quant aux présidentielles de 2014, Abdelaziz Belkhadem a rappelé qu’il était le premier à dire que «si le président Bouteflika se présente, nous serons tous derrière lui». Dans le cas contraire, Belkhadem s’est vu rassurant : seul le Comité central pourra désigner le candidat du parti à l’élection présidentielle.

E. W.

Originally posted 2013-01-14 15:37:37.

Article précédentAbdelmadjid Tebboune / « Le taux de participation ne m’intéresse pas autant que la transparence du scrutin »
Article suivantLe Théâtre de la Liberté de Jénine (Palestine) au CCA de Paris