Après le refus du président Tebboune de participer personnellement à la conférence de Paris sur la Libye ce vendredi, c’est le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra qui a été désigné pour représenter l’Algérie lors des travaux de cette conférence.  

Le MAE Ramtane Lamamra prendra donc part à cette conférence organisée conjointement par l’Allemagne, l’Italie, la France et le gouvernement d’union nationale libyen (GNA) en partenariat avec les Nations Unies.

« Cette conférence regroupera les chefs d’État et de gouvernement des pays du voisinage libyen ainsi que ceux des pays ayant participé aux processus de Berlin, en sus des représentants des organisations internationales et régionales concernées, à l’instar de l’ONU, l’UA, l’UE et la Ligue arabe », précise un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

La décision de la participation de l’Algérie à ce rendez-vous intervient dans le cadre de « la concrétisation de l’engagement des hautes autorités du pays, et à leur tête le président de la République, en vue de la poursuite des efforts consentis par notre pays pour l’accompagnement de nos frères libyens dans la mise en œuvre de la feuille de route politique tracée par les parties libyennes pour la sortie de crise et le rétablissement de la paix et la sécurité », ajoute la même source.

Outre sa participation aux travaux de la Conférence et la déclaration qu’il prononcera au nom du président de la République, M. Lamamra tiendra, en marge de cette réunion, plusieurs rencontres bilatérales avec ses homologues et des représentants d’organisations internationales et régionales, indique l’APS.

AF/ APS