L’OMS a appelé, hier mercredi, à ce que l’insuline soit commercialisée à des prix abordables. Les trois producteurs dominant le marché mondial que sont « Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi semblent souvent augmenter leurs prix l’un après l’autre », a déploré une ONG.

Malgré la découverte de l’insuline il y a cent ans, nombreux sont les diabétiques qui luttent pour avoir accès à de l’insuline en raison de son prix, et ce, malgré une offre abondante.

Trois fabricants dominent quasiment à eux seuls le marché mondial (Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi), et fixent des prix qui, selon l’OMS, s’avèrent prohibitifs pour beaucoup d’individus et de pays.

L’organisation a indiqué qu’elle mène des discussions avec les fabricants d’insuline sur les moyens de répondre à la demande croissante « à des prix abordables pour les pays ».

« C’est un échec pour la société et la communauté internationale si les personnes ayant besoin d’insuline rencontrent des difficultés financières pour l’acheter », a souligné le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le prix de l’insuline constitue un obstacle au traitement dans la plupart des pays à revenu faible ou intermédiaire, mais également dans les pays riches, notamment lorsque les systèmes de protection sociale sont insuffisants.

« Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi dominent le marché mondial et semblent souvent augmenter leurs prix l’un après l’autre. Cette situation est particulièrement décevante », a déploré Médecins sans frontières.