EN: Normalisation avec Israël rejetée, quelles qu’en soient les justifications !

0
les algériens d'ogc Nice
Advertisement

Algerie Foot: Le match d’OGC Nice, face à l’équipe d’Israël Maccabi, fait toujours l’événement, du moins parmi les supporters de l’équipe nationale algérienne et même le grand public, en réalité et sur les sites internet, puisque quelques semaines seulement se sont écoulées depuis le joueur Amoura a refusé de se déplacer avec son équipe suisse dans les territoires occupés pour jouer un match des éliminatoires de la Ligue européenne.

Touba a également refusé de se déplacer avec son équipe turque pour affronter les sionistes, et ensemble ils ont gagné les éloges du monde arabe et islamique, jusqu’à ce qu’un grand nombre de joueurs ont été soumis à une épreuve difficile et complexe alors que l’équipe de Nice, le plus grand club d’Europe qui compte un grand nombre d’Algériens, était présente, une équipe sioniste, le Maccabi Tel Aviv Lors du dernier tour de la Conference Cup, l’équipe de Youcef Attal ses compagnons ont dû se déplacer à Tel-Aviv pour disputer le match aller devant quarante mille supporters, en attendant de revenir à Nice.

Boudaoui a reçu son lot de critiques, et Attal et ses compagnons ont répété : « La visite !

L’équipe de Nice est dirigée par le milliardaire et homme d’affaires Jean-Pierre Revere, qui a fourni à l’équipe d’énormes capacités et des entraîneurs qualifiés afin de concourir dans la Ligue française, ou du moins, comme il l’a dit, d’obtenir un rang permettant à l’équipe de jouer la Ligue des champions européenne, qui est un rêve pour l’équipe, et il y a ceux qui disent que ce président C’est lui qui a fait pression sur l’attaquant Delors la saison dernière pour qu’il refuse de jouer pour l’équipe nationale algérienne, pas l’entraîneur, après avoir appris que Boudaoui et Atal seraient absents un mois entier au Cameroun pour participer à la Coupe d’Afrique des nations.

La saison dernière, Nice avait pris un bon départ, mais il était en retard et se contentait d’un classement qui l’aidait à disputer le tour préliminaire de la Conference Cup.

Les joueurs des Verts, dont Atal Youcef, avaient du mal à ouvrir la discussion sur le match, et la blessure a aidé Hicham Boudaoui, qui s’était rendu la saison dernière à Tel-Aviv, à s’absenter.

Le nombre d’Algériens qui se sont rendus en terre occupée était important, à savoir Youcef Attal, le garde de réserve Belhindi et Bilal Brahimi, et aussi Andy Delort, sans oublier l’Algérien d’origine, Amine Gouiri, et malgré les excuses que certains ont essayé de trouver pour ceux-ci, pour éviter les sanctions et mettre leur avenir footballistique en danger, cependant, une grande partie des supporters verts a refusé de rencontrer les sionistes, même en sacrifiant la vie sportive, comme l’ont fait la lutteuse Noreen, qui aurait pu être couronnée d’un titre ou d’une médaille en judo, aux Jeux méditerranéens et obtenir un logement, comme d’autres ont gagné, mais son refus de rencontrer un lutteur sioniste aux JO de Tokyo, a évaporé tous ses souhaits financiers et sportifs après qu’il a été décidé de le suspendre de la World Wrestling Federation.

Un certain nombre d’athlètes et de politiciens à qui nous avons parlé ont suggéré de ne pas laisser la participation ou non comme une affaire privée et personnelle comme c’est le cas maintenant, où nous avons des athlètes qui ont joué avec les sionistes, comme le gladiateur Marjeh et les joueurs de football Atal et Belfoudil, sans que l’autorité ne s’immisce dans l’affaire, et les joueurs qui ont refusé, menés par Noureen et Matmour, ont été sanctionnés, et de chercher une formule pour faire face à cette situation inquiétante pour les Algériens qui refusent de reconnaître le soi-disant État d’Israël , et rejettent la normalisation culturelle, économique, sportive et sociale, comme l’un des très rares pays au monde à avoir littéralement mis en place un État et un peuple, étant avec la Palestine injuste ou opprimé.

Arafat Mezouar : « Si j’étais à la place de nos professionnels, je refuserais de jouer contre l’entité sioniste. »

L’ancien joueur international, Arafat Mezouar, a confirmé, concernant ce qui a été soulevé au sujet du transfert du trio Atal, Delort et Bilal Brahimi pour jouer contre l’un des clubs de l’entité sioniste dans la compétition de la Ligue de conférence européenne, que cette question leur appartient personnellement.

Ce sont des professionnels et ils sont capables d’évaluer la situation. Arafat a ajouté : « Personne ne veut être à leur place, car ils ont des contrats avec leurs clubs, et une grande pression est exercée sur eux, allant jusqu’à menacer de se passer de leurs services. donc, chaque joueur a sa personnalité avec laquelle il fait face à de telles questions, et je leur ai souhaité s’ils refusaient de bouger parce qu’il s’agit d’une position cohérente et non négociable du peuple algérien et de l’État en général en soutien à la cause palestinienne.

Et à propos de son comportement s’il tombait dans cette situation, Mezouar a déclaré: « Cela m’est déjà arrivé, et c’est par mon retrait et le reste des joueurs algériens d’un tournoi de football à l’intérieur des salles qui a eu lieu au Portugal parce que nous étions va affronter un adversaire de l’entité sioniste, mais la chose est différente car le trio niçois avait une compétition officielle, il y a des contrats professionnels contraignants, et avec ça je me retirerais, car je ne m’imagine pas face à ces tueurs occupants.

Arafat s’est étonné que tout le monde n’ait pas été traité de la même manière dans la question du voyage vers l’entité sioniste, et a ajouté à cet égard : « Quand Boudaoui Hicham a déménagé avec Nice, les Français pour y jouer, le monde s’est levé et ne s’est pas reposé, et il a fait l’objet d’une campagne médiatique féroce, et il a été accusé de normalisation, mais nous n’avons pas regardé ce tumulte avec Atal, Delor et Bilal Brahimi, et cela veut dire qu’il y a une politique de deux poids deux mesures, tout le monde a reproché à Boudaoui parce qu’il n’est pas protégés ou soutenus par les médias, et c’est une grosse erreur.

Ben Abdellah : « Nos érudits doivent émettre une fatwa, et chaque joueur est responsable de ses décisions. »

L’ancien gardien international, Abdel Salam ben Abdellah, s’est montré conservateur lors de son propos sur le récent voyage de certains joueurs algériens pour rencontrer des clubs de l’entité sioniste, notant : « Franchement, ce que je peux dire, c’est que chaque joueur est responsable de ses décisions, et je ne peux juger aucun d’entre eux, c’est pour une bonne raison, car je n’ai pas toutes les données, et je ne connais pas non plus les raisons qui les ont poussés à le faire. Atal, Boudaoui, Brahimi et Delor ont des contrats professionnels avec leur club, et peut-être que s’ils avaient refusé de bouger, ils auraient été expulsés ou punis, et en général s’ils avaient refusé de rencontrer une équipe de l’entité sioniste, nous les aurions fortement soutenus, mais puisqu’ils ont choisi le côté sportif, nous ne les blâmerons pas non plus.

Ben Abdellah a également expliqué : « À mon avis, nos érudits doivent émettre une fatwa à cet égard, afin de mettre fin à toute la controverse en cours. Soit il est interdit de se rendre dans l’entité sioniste, soit d’affronter leurs équipes et leurs athlètes, car ils sont un occupation usurpatrice, et nos frères palestiniens sont tués quotidiennement, ou bien elle est émise. Une fatwa le permet puisque ce n’est qu’un sport, et n’est pas considérée comme une normalisation si les gens de jurisprudence et de religion le pensent, sachant que cette fatwa aidera beaucoup nos professionnels en Europe et les aidera à prendre la décision appropriée.”

Concernant sa position personnelle, l’ancien gardien des Verts a conclu en disant : « Je parle pour moi. Si je tombe dans la même situation, je n’aurai besoin d’aucune fatwa, et je refuserai complètement et catégoriquement d’affronter les équipes de l’entité sioniste ». , peu importe ce que ça me coûte.

Omar Belatoui : « Nous ne connaissons pas les conditions de nos professionnels à Nice, et chaque joueur est libre de prendre ses propres décisions. »

L’ancien défenseur international Omar Balatoui estime que parler de la question de nos joueurs professionnels en Europe face aux équipes et aux athlètes de l’entité sioniste est une question sensible et difficile.

Un athlète dans lequel les facteurs de contrats contraignants pour nos joueurs sont impliqués, comme la pression ont pu être exercées sur eux dans leur club, et il est aussi possible qu’il y ait d’autres données que nous ignorons totalement, donc je ne suis pas là pour encourager le jeu dans l’entité sioniste. vies, et non selon ce que les autres voient, notamment à travers les sites de réseaux sociaux qui jugent désormais les gens derrière leurs écrans de téléphones intelligents, trahissent et accusent, et veulent que nos joueurs vivent selon leurs convictions et leurs idées.

Balatoui a poursuivi : « L’année dernière, Boudaoui a été accusé de normalisation, et il a été trahi, et il n’a que 21 ans à l’époque, et il ne connaît pas les conséquences de ces affaires, même s’il a passé 24 heures dans l’entité sioniste. puis revenait, alors que les pages de la querelle étaient muettes lorsqu’il parcourait Delor, Atal, et Brahimi sont là, comme si de rien n’était, et cela nous montre qu’il y a des gens en secret dont la mission est de détruire certains joueurs et non les le repos. »

Balatoui a conclu  : « Je ne souhaite à aucun joueur d’être soumis à cette situation, et personnellement je n’affronterai aucun club de l’entité sioniste.

Article précédentDans la vidéo, un météore avec une lumière verte dans le ciel de l’Arabie Saoudite
Article suivantLe colonel Abdoulaye Maiga en tant que Premier ministre par intérim du Mali