macron

Le 13 octobre dernier, l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud avait déclaré au forum El Moudjahid qu’il était «inadmissible que l’Algérie, qui possède la plus grande communauté étrangère en France avec 18 consulats, ne puisse pas constituer un levier de commande pour intervenir non seulement dans la politique algérienne, mais (aussi) au niveau de la politique française ».

Des propos qui ont suscité des réactions en France. La dernière en date est celle du porte-parole du Quai d’Orsay qui n’a pas manqué d’exprimer son mécontentement.  

Animant un point de presse ce mercredi, la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll, a dû répondre aux questions des journalistes qui l’ont interrogé à ce sujet en réclamant le respect de la souveraineté de son pays par l’Algérie.

« Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a rappelé la semaine dernière le profond attachement de la France au respect de la souveraineté algérienne. Il va de soi que nous attendons aussi de tous nos partenaires le respect de notre souveraineté », a-t-elle signifié.

Il convient de souligner que les relations entre Alger et Paris connaissent de fortes turbulences depuis que le président français ait proféré de violentes critiques contre les dirigeants algériens et le système politique en général, qu’il avait, d’ailleurs, qualifié de politico-militaire, et la remise en cause de l’existence de la nation algérienne avant la colonisation.

Des sanctions diplomatiques ont été imposées par Alger qui a décidé de fermer son espace aérien aux avions militaires français.