Entre Algérie et Madrid : comment la glace va-t-elle se briser ?

0
Algerie Espagne
Advertisement

Algerie Espagne: Il y a environ deux mois, un épais bloc de glace s’est formé pour flotter à la surface de la relation entre les deux pays, et pour beaucoup de ceux qui ont été surpris par son apparition, la réponse algérienne à ce qui semblait être l’adoption par l’Espagne de la solution marocaine au problème du Sahara Occidental n’était pas prévu ou pas du tout prévu.

Alors que les autorités annonçaient un certain nombre de mesures d’escalade vers l’Espagne, telles que la suspension du traité d’amitié et de bon voisinage avec elle et l’arrêt des exportations et des importations, à l’exception du gaz, il est devenu clair que ce bloc avait commencé à s’étendre de manière significative, surtout après un diplomate algérien de haut rang, Ammar Belani, l’envoyé spécial chargé des pays du Maghreb au ministère algérien des Affaires étrangères, pour dire au journal espagnol « Confédération » que le Premier ministre ibérique Pedro Sanchez a provoqué « la destruction des relations entre l’Algérie et l’Espagne » , déclarant dans l’intervalle que son pays « attend un nouveau gouvernement pour normaliser les relations avec Madrid ».

Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir si la chaleur va revenir entre les deux capitales avec la survie ou le départ du gouvernement Sanchez, mais plutôt comment cela va se passer. Et dans quelle approche serait-ce ? Et dans ce qui pourrait être une indication que le compte à rebours jusqu’à la fin de ce que le Premier ministre espagnol a décrit plus tôt comme « la colère temporaire de l’Algérie » face à la nouvelle position de son pays sur la marocanité du Sahara a déjà commencé, a révélé le journal espagnol « OK Diaro ».

l’arrivée d’un haut responsable ibérique vendredi dernier en Algérie, en visite secrète, a renforcé les informations diffusées par plus d’une source sur le maintien des canaux de communication et de dialogue entre Madrid et l’Algérie, malgré l’apathie notable entre récemment, et a renforcé l’impression que la route était devenue pavée, bien que relativement, en présence d’une possibilité sérieuse de tourner ce que Sanchez attendait.

Dans une interview avec lui sur la chaîne de télévision « Antina 3 » en avril dernier, cette colère s’est estompée. temps à une vraie chose.

Autant les Espagnols anticipent et tiennent compte de la réaction marocaine, autant ils se retrouvent, en retour, fortement sous la pression du besoin de gaz algérien.

Cependant, quels que soient les résultats possibles de cette visite secrète du fonctionnaire non identifié dans la capitale algérienne à ce jour, il ne serait certainement pas facile ou simple pour les relations algéro-espagnoles de revenir au statu quo il y a plus de deux mois. Les parties en sont bien conscientes et savent aussi que la complexité d’un tel retour est loin de dépendre uniquement du désir de l’autre de se normaliser les unes avec les autres ou de parvenir à un règlement bilatéral qui lui permettrait de le faire.

Les deux parties sont bien conscientes, et elles savent aussi que les complications entourant ce retour le font loin de dépendre uniquement de la volonté de chacun de se normaliser avec l’autre, ou de parvenir à un règlement bilatéral leur permettant de faire alors.

L’obstacle le plus important auquel ils sont peut-être confrontés est celui qui se dresse devant les Ibères et les place devant deux options, la plus douce-amère, qui est soit de briser à tout prix la froideur actuelle dans leurs relations avec les Algériens, soit de préserver la chaleur qui existe désormais dans leurs relations avec leur autre voisin maghrébin, c’est-à-dire le Maroc, et à tout prix également.

Les Espagnols savent mieux que d’autres, non seulement ce que cette question particulière signifie pour les deux pays, mais aussi ce qui pourrait résulter de n’importe quelle direction qu’ils pourraient prendre à cet égard, que ce soit au profit de telle ou telle partie, mais l’Algérie aujourd’hui met-elle vraiment à son cours normal, à condition que Pedro Sanchez revienne sur ce qu’il a dit dans son message de la mi-mars au roi du Maroc Mohammed VI selon lequel « l’Espagne considère l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc en 2007 comme la plus sérieuse, une base réaliste et crédible pour régler le différend » sur la question du Sahara, qu’est-ce que les Algériens ont considéré comme un changement inacceptable dans la position espagnole ? Même s’ils espèrent que cela se produira, même avec un gouvernement autre que celui de Sanchez, ils savent, et sans aucun doute, que la crédibilité de l’État espagnol sera durement touchée et mise à l’épreuve, ce que les Espagnols n’accepteront pas de quelque manière que.

Mais est-il trop tard pour chercher une formule de compromis qui puisse à la fois les satisfaire et ne pas gêner les Marocains ? En juin dernier, lors d’une séance de reddition de comptes devant le Parlement ibérique, le Premier ministre espagnol avait qualifié le soutien de son pays à la position marocaine sur le dilemme saharien de « question d’État », avant d’ajouter qu’il « cherche par là à parvenir à la stabilité et à la sécurité dans le Région. »

Cependant, la déclaration publiée devant elle, à la suite de la rencontre de Sanchez le 8 avril à Rabat avec le monarque marocain, a souligné que les deux parties sont convenues « d’établir une feuille de route permanente et ambitieuse qui comprend l’examen des questions d’intérêt mutuel dans un esprit de confiance et de consultation », loin d’actions ou d’ordres unilatéraux.

En effet, La question ici est, Rabat, dans ce cas, ne considérera-t-il pas tout changement dans la nouvelle position espagnole sur le Sahara comme un acte unilatéral, ou une imposition d’un fait accompli, comme indiqué dans le texte de cette déclaration ? Ce sur quoi deux personnes ne seront pas en désaccord, c’est que si quelque chose comme ça se produit, le cours lent mais régulier du rapprochement entre eux et Madrid pourrait être perturbé, et il ne serait pas exclu qu’une autre crise entre eux, plus grande que celle qui a émergé dans le printemps de l’année dernière, se posera alors.

Cependant, autant les Espagnols anticipent et prennent en compte la réaction marocaine, autant ils se retrouvent en retour sous pression du besoin de gaz algérien plus qu’il ne l’était par le passé, du fait des répercussions de la guerre russe en Ukraine. C’est ce qui les rend désireux non seulement de sécuriser le flux de ressources énergétiques dont ils ont besoin du voisin algérien, mais aussi de doubler leur volume dans les mois à venir. Et la promesse que les Algériens leur ont faite en novembre dernier, après leur décision d’arrêter le contrat du gazoduc de transit vers le Maroc en direction de l’Espagne, en s’engageant à leur fournir tous leurs besoins en gaz naturel, peut les réconforter relativement, mais il ne suffit pas qu’ils soient complètement et définitivement rassurés que leurs intérêts ne seront pas affectés l’hiver prochain, la survie du bloc de glace entre les deux restant intacte.

Pour cette raison, ils manœuvrent maintenant avec beaucoup de prudence et ressentent bien l’impact de chaque pas qu’ils font vers l’Algérie, espérant une chose, c’est que les grandes capitales européennes comme Paris et Berlin se tiendront à leurs côtés et convaincront les Algériens que le prix de la fonte des glaces avec eux n’est pas l’émergence d’un autre bloc de celui-ci, mais avec ce temps voisin du Maroc.

Article précédentMedia : De Mistura prévoit une en tournée le mois prochain, notamment en Mauritanie et en Algérie
Article suivantAccidents de la circulation: l’hécatombe se poursuit