La représentation de l’Union Européenne en Algérie a publié, dimanche, un démenti relatif aux déclarations du PDG d’Air Algérie, Mohamed Abdou Bouderbala, qui avait déclaré, la semaine dernière, que les voyageurs à destination de l’espace Schengen se doivent de passer par le pays leur ayant délivré le visa.

Un communiqué émanant de la représentation de l’Union Européenne en Algérie, chapeautée par Laura Baeza, a indiqué que «le code communautaire des visas n’exige pas qu’un voyageur commence son voyage dans l’espace Schengen en arrivant sur le territoire de l’État membre qui lui a délivré le visa», ajoutant que «cette faculté de pouvoir accéder à l’espace Schengen par le point d’entrée de son choix ne dispense pas le voyageur d’être en mesure de présenter, en application de l’article 6 du règlement (UE) 2016/399 (code frontière Schengen),  à chaque franchissement de frontière et tout au long de son séjour dans l’espace Schengen, les justificatifs (objet du séjour, moyens de subsistance et d’hébergement, assurance, titres de transport entre le pays d’arrivée et le pays de destination) qui doivent permettre à la fois de justifier du séjour dans le pays de première arrivée et d’identifier la destination principale du voyage».

Ce communiqué met ainsi fin aux informations qui circulent, depuis quelques jours, concernant un changement dans le régime des visas en départ de l’Algérie à destination de l’espace Schengen. C’est en effet, le PDG de la compagnie nationale Air Algérie, Mohamed Abdou Bouderbala qui avait lancé la rumeur en déclarant que «dorénavant, Air Algérie est soumise à l’obligation de vérifier les visas Schengen avant l’embarquement des voyageurs pour vérifier si leur première destination est vers le pays qui a délivré le visa».

M. Mansour

 

Originally posted 2016-04-25 12:37:46.