L’enquête sur l’assassinat du militant du MDS Ahmed Kerroumi livre ses premiers résultats. Selon des informations obtenues par « Algérie-Focus.Com » auprès de sources sécuritaires, M. Kerroumi aurait été « tué d’un coup porté par derrière au moyen d’ un objet contondant ». « Ce coup a blessé la victime de la tête jusqu’à la nuque et serait la cause du décès », précise notre source.

Les policiers auraient aussi identifié un suspect, actuellement activement recherché. Il s’agirait, selon nos informations, d’une « connaissance intime du défunt ».

« Le tueur ne serait pas étranger à la victime et le mobile serait le vol du véhicule de M. Kerroumi, une Peugeot 206 de couleur noire », confirment nos sources.

« L’analyse de l’historique des appels téléphoniques du portable de M. Kerroumi sera déterminante pour la suite de l’enquête », note-t-on.

Pour rappel, le cadavre d’Ahmed Kerroumi, âgé de 53 ans, enseignant universitaire, a été retrouvé samedi 23 avril 2011 au local du MDS à Oran. Le corps de la victime a été découvert samedi vers midi par un militant du MDS qui a tout de suite appelé la police.

Ahmed Kerroumi avait disparu mardi dernier. Selon son épouse, il a passé la matinée au CRASC (Centre de Recherches en Anthropologie Culturelle) où il mettait les dernières touches à un colloque qu’il préparait pour le lendemain mercredi. Vers midi, il avait reçu un coup de fil de la part d’une personne avec qui il avait fixé un rendez vous.

Son assassinat avait jeté l’effroi au sein de la famille universitaire ainsi qu’au sein des militants du MDS et de la CNCD dont il était membre actif. Ses activités politiques, hostiles au régime en place, ont semé un climat de doute autours de cette affaire et certains ont même privilégié la thèse de « l’assassinat politique ».

RAF

Originally posted 2011-04-24 20:06:58.

Article précédentRebrab/ »Certaines personnes autour de Saïd Bouteflika peuvent être derrière la campagne hostile contre Cevital »
Article suivantGhozali répond au Quotidien d’Oran : Je ne suis pas un harki du système, je suis victime d’un lynchage médiatique