Football: La CAF évince le protecteur de l’arbitre gambien Bakary Gassama

0
Bakary Gassama
Advertisement

Afrik Foot: La Confédération africaine de football (CAF) a renversé l’arbitre seychellois Eddie May, qui était considéré comme le premier « protecteur » de l’arbitre gambien Bakary Gassama sur le continent africain.

La Confédération africaine de football (CAF) a décidé de retirer l’arbitre seychian, Eddie May, du poste de président de la commission africaine d’arbitrage, selon ce qu’a révélé le journal électronique Al-Majeed dans un tweet sur son compte sur Twitter.

Le tweet du même journal rappelle les grands éloges que l’ancien arbitre international seychellois Eddie May a adressés à son collègue gambien Bakary Gassama, lors de plusieurs réunions du comité exécutif de la Confédération africaine de football.

Selon de nombreux algériens, l’arbitre Gassama est la principale cause d’avoir privé l’équipe nationale algérienne d’accéder à la finale de la Coupe du monde Qatar 2022, en raison du massacre arbitral qu’il a commis contre Belmadi et ses louveteaux au stade de Blida, lors du match Algérie-Cameroun.

https://twitter.com/marma_el/status/155234309055539609

L’ancien arbitre international algérien Djamel Hamoudi est l’un des candidats les plus en vue pour succéder à Eddie May, à la tête du jury dans l’instance « CAF », selon ce que la source précédente a confirmé.

L’ancien arbitre international ivoirien Normandir Douy sera en concurrence avec l’Algérien Djamel Haimoudi pour la présidence du jury de la Confédération africaine de football, le jeu le plus populaire au monde, un comité qui a reçu de graves accusations de corruption ces dernières années.

De nombreux spécialistes et entraîneurs du football africain, dont l’électeur national algérien Djamel Belmadi, ont déclaré que le système d’arbitrage en Afrique est loin de l’application de ses arbitres aux lois du football telles qu’elles sont écrites, en prenant le parti des équipes au détriment des autres.

Le président de la CAF, Patrice Motsepe, lors de sa récente visite en Algérie, a implicitement reconnu la corruption qui afflige l’arbitrage africain , lorsqu’il a promis d’améliorer le système d’ arbitrage sur le continent.

Article précédentUn accord algéro-américain pour produire 5 millions de tonnes de crevettes
Article suivantVidéo: Belmadi reçoit une grande pression du continent européen