France-Algérie : Macron demande à ses conseillers de préparer sa visite en Algérie

0
Emmanuel Macron
Advertisement

Algerie France: La date de la visite du président français Emmanuel Macron approche, et de sérieux préparatifs ont commencé avec lui pour le succès de cette visite, dont dépendent les deux chefs d’État pour faire avancer les relations bilatérales chancelantes, qui s’essoufflent depuis près de un an, jetant une ombre sur les intérêts français en Algérie.

A cet égard, le journal français « L’Opinion » a indiqué que Patrick Diral, le conseiller spécial du président français chargé de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, se rendra en Algérie afin de préparer la prochaine visite au détenu de l’Elysée, mais sans indiquer de date pour cela.

Le journal, proche des milieux financiers et d’affaires parisiens, précise que la visite s’étendra sur les 25 et 26 de ce mois, selon ce qu’il cite de ses propres sources, contrairement à ce qui a circulé plus tôt selon lequel la visite n’est qu’une jour, et indiqué que Macron sera accompagné de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna, ainsi que d’un grand nombre de membres du gouvernement d’Elizabeth Bourne, mais sans faire référence à leurs secteurs ministériels.

Selon les propos du journal citant une source algérienne, le président Tebboune et son homologue français visent, derrière cette visite, à établir de nouvelles relations après plusieurs mois de troubles, basées sur le respect mutuel dans une atmosphère de calme et d’échange d’intérêts, et ouvrir une nouvelle page, qui aide à relever les défis dans un environnement régional et international mouvementé.

Cette visite intervient trois mois après l’invitation adressée par le président Abdelmadjid Tebboune à son homologue français à se rendre en Algérie, invitation qui a coïncidé avec les félicitations qu’il lui a également adressées à l’occasion d’un second mandat présidentiel. Elle a été suivie par la nomination de l’ancien ambassadeur en Espagne, Said Moussa, comme ambassadeur à Paris, qui a travaillé en France comme chargé d’affaires, puis comme consul pendant des années.

En plus des dossiers qui seront abordés, il y a la question de la circulation des personnes (le dossier des visas) pour les Algériens, qui a diminué d’environ cinquante pour cent, selon les déclarations précédentes des responsables français, une question qui a provoqué la colère des Algériens. , nécessitant la publication d’un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères, dans lequel il appelle Paris à respecter les accords bilatéraux.

La question de la demande de l’Algérie d’expulser les membres de l’organisation terroriste « Le Mouvement Mac », dirigée par son chef, Farhat Mhenni, sera également présente dans les discussions entre les deux présidents, précise le journal, ainsi que l’épineux dossier de mémoire, ce qui a souvent aggravé les relations bilatérales.

Le président Tebboune avait présenté sa vision pour résoudre le dilemme mémoriel, lors de la récente visite du conseiller de Macron pour les affaires de mémoire, l’historien Benjamin Stora, en Algérie pour participer aux célébrations marquant le 60e anniversaire de la fête de l’indépendance. Il a été informé que la coopération algérienne dans le Le domaine de la mémoire dépend de l’ouverture du dossier de l’occupation française de l’Algérie, de 1830 à 1962, ce qui signifie que la balle est désormais du côté français.

En plus de tous ces dossiers, il y a aussi le dossier de l’heure, qui a été alimenté par l’opération militaire spéciale russe en Ukraine, qui est liée à la question du gaz, alors que la France et le reste des pays européens cherchent une alternative au gaz russe, et ils sont convaincus que le gaz algérien est la solution la plus appropriée et optimale, et c’est déjà arrivé données actuelles du marché.

Article précédentLe ministère de l’Éducation révèle la date de reprise du travail des administrateurs et des enseignants
Article suivantIncendie : plusieurs foyers ont repris dans 14 wilayas du pays