Gaza : Quand Certains Médias Français Flirtent avec Israël

0
Gaza : Quand Certains Médias Français Flirtent avec Israël

La guerre qui sévit à Gaza depuis le 7 octobre dernier a suscité une couverture médiatique intense en France. Cependant, au milieu de ce tumulte, certains médias français, tels que BFMTV, CNews, et Europe 1, sont sous les projecteurs pour leur couverture controversée et leur soutien présumé à Israël. Dans cet article, nous explorons comment ces médias ont été au cœur de la controverse, remettant en question l’éthique journalistique et soulevant des préoccupations sur leur partialité.

La Controverse Autour de TV5Monde

La première polémique qui a éclaté concerne le journaliste d’origine algérienne, Mohamed Kaci, de TV5Monde. Sa direction l’a désavoué publiquement en raison de sa manière de mener une interview avec un porte-parole de l’armée israélienne. Cette affaire a fait grand bruit en France, provoquant le mécontentement du collectif de rédaction de la chaîne. Certains journalistes ont rapporté que leur direction avait subi des « pressions » pour sanctionner Mohamed Kaci. L’animateur télé Arthur, actif dans le lobbying pro-israélien, a été nommément cité comme l’un des auteurs de ces pressions.

Le risque de licenciement du journaliste Mohamed Kaci met en jeu non seulement sa carrière, mais aussi le softpower français en Afrique, où TV5Monde a une audience significative, particulièrement dans les pays du Maghreb qui soutiennent fortement la cause palestinienne.

La Polémique Autour de Ruth Elkrief

La deuxième grande controverse implique la célèbre journaliste Ruth Elkrief, accusée par Jean-Luc Mélenchon d’être une « manipulatrice » et une « fanatique » antimusulmane. Sur le plateau de LCI, Elkrief s’est violemment accrochée avec un cadre de La France Insoumise (LFI) sur la place des musulmans en France et sur la réalité de ce qui se passe en Palestine.

La résurgence de telles polémiques met en évidence un malaise profond, d’autant plus que les griefs à l’encontre de certains médias français, notamment LCI, BFMTV, CNews et Europe 1, se multiplient. Leurs discours et invités semblent triés sur le volet, laissant peu de place au doute quant à leur partialité. Les termes tels que « terroristes du Hamas, » « riposte et légitime défense d’Israël, » ou encore « victimes collatérales » pour désigner les milliers de Palestiniens décédés dans les bombardements sur Gaza sont couramment employés, reflétant une rhétorique en ligne avec la propagande israélienne.

Certains journalistes, tels que David Pujadas, et de nombreux analystes intervenant sur ces chaînes, qui sont souvent associées à l’extrême-droite, ont tenté de justifier la distinction entre les enfants palestiniens tués « intentionnellement » par le Hamas (une accusation non prouvée) et ceux qui sont décédés sous les bombes de l’armée israélienne.

Les Coulisses Troublantes de Certains Médias Français

Une enquête de la version anglophone de la chaîne qatarie Al Jazeera lève le voile sur les pratiques de certains médias français. Cette enquête a porté une attention particulière à BFMTV, la première chaîne d’informations en France. Il en ressort que depuis le début de la guerre, la chaîne utilise principalement les contenus de la chaîne israélienne i24 News, qui est proche du gouvernement de Benyamin Netanyahou. Or, il se trouve que BFMTV et i24 News ont le même propriétaire, le milliardaire franco-israélien Patrick Drahi. Par exemple, le journaliste qui a rapporté sur BFMTV que 40 enfants avaient été tués lors du premier jour de l’attaque ne travaille pas pour BFMTV mais pour i24 News.

Cette situation suscite des inquiétudes quant à l’éthique journalistique, avec des accusations d’une couverture biaisée et d’un manque d’équilibre. Les intervenants sur les plateaux de BFMTV sont souvent des pro-Israéliens, une tendance qui a irrité les responsables de la rédaction, lesquels se sont plaints d’un « manque d’équilibre. »

Julien Bahloul, présenté comme un spécialiste de la société israélienne, est souvent invité sur BFMTV. Cependant, il s’agit en réalité d’un ancien porte-parole de l’armée israélienne qui a travaillé pour i24 News. Cette enquête révèle que bien que la couverture médiatique publique soit plus équilibrée, de nombreux médias français tendent à pencher vers la droite.

Le Défi de l’Indépendance Médiatique

L’ancien président de Médecins sans frontières, Rony Brauman, a soulevé le problème du manque d’équilibre dans le traitement de la guerre à Gaza par les médias français. Il estime que la domination financière entrave la capacité de certains médias à exercer leur travail avec objectivité. Le lobbying pro-israélien en France n’hésite pas à accuser d’antisémitisme ceux qui critiquent la position française dans ce conflit.

Il est crucial que les médias français maintiennent leur indépendance éditoriale et garantissent une couverture équilibrée de sujets aussi sensibles que le conflit israélo-palestinien. La transparence sur les liens financiers et les influences potentielles est essentielle pour préserver l’intégrité du journalisme français.

En conclusion, la couverture médiatique de la guerre à Gaza a mis en lumière des pratiques controversées au sein de certains médias français, suscitant des inquiétudes quant à leur impartialité et à leur éthique. Il appartient aux médias de relever ce défi et de préserver l’indépendance journalistique, tout en offrant au public une couverture équilibrée et objective des événements internationaux.

Article précédentLa Coopération Militaire Entre le roi du Maroc et Israël : Un Silence Assourdissant Face à la Guerre à Gaza
Article suivantChristophe Galtier : Les Propos Choquants qui Secouent le Monde du Football