Gazoduc transsaharien: L’Algérie signe un accord pour concrétiser le projet

0
Ministres de l'Energie de l'Algérie, du Nigeria et du Niger
Advertisement

Le ministre de l’Energie Mohamed Arkab a révélé la signature d’un accord entre l’Algérie, le Nigeria et le Niger pour commencer à concrétiser le projet de gazoduc transsaharien.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a déclaré que la signature était l’aboutissement de la réunion tenue en Algérie, notant que le protocole d’accord signé est un signal fort au monde quant au lancement effectif dans la réalisation du projet.

Le mémorandum a été signé par le ministre de l’Energie et des Mines Mohamed Arkab côté algérien, le ministre d’Etat nigérian chargé des Ressources pétrolières Timimbri Silva, et côté nigérian, le ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables Mahaman Sani Mahamadou, en présence de la Sonatrach PDG, Toufik Hakkar.

 

Déclaration du ministère de l’Énergie

Le 28 juillet 2022, au Centre International de Conférences, Abdellatif Rahal, l’Algérie a abrité la troisième réunion ministérielle tripartite entre l’Algérie, le Niger et le Nigeria sur le projet de gazoduc transsaharien, qui a réuni les trois ministres chargés des hydrocarbures des pays impliqués dans le projet.

Cette réunion, qui a été précédée de deux précédentes réunions tenues à Niamey (Niger) et Abuja (Nigeria), s’inscrit dans le cadre de la poursuite des réunions de coordination pour étudier les aspects du projet et faire le point sur l’état de mise en œuvre des décisions prises au cours des deux réunions, notamment les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la feuille de route approuvée à Abuja, dans le cadre des travaux des groupes de travail composés d’experts des trois pays.

Au cours de cette rencontre, un protocole d’accord a été signé entre l’Algérie, le Niger et le Nigéria pour réaffirmer l’engagement des trois pays à poursuivre et achever le travail des équipes d’experts pour incarner ce projet stratégique, et affirme avec force la volonté des parties participantes de avancer dans sa réalisation.

Pour rappel, la rencontre de Niamey, le 16 février 2022, a abouti à la signature d’un communiqué, qui consacre le principe de la poursuite du projet de gazoduc transsaharien et la volonté des trois pays de maintenir le cap dans ce sens. , et la réunion d’Abuja tenue les 20 et 21 juin 2022 était une nouvelle étape du projet et la mise en place d’un comité de pilotage et la nomination d’un groupe de travail chargé de coordonner les travaux liés à l’étude de faisabilité du Trans-Saharian Gas Pipeline Project et une nouvelle étape cruciale dans l’avancement du projet.

L’occasion était pour le ministre de l’Energie et des Mines, M. Mohamed Arkab, de souligner l’importance du projet de gazoduc transsaharien et ses dimensions économiques et sociales qu’il réalisera au début de son exploitation.

Le ministre a également souligné que cette réunion a été l’occasion de passer en revue les résultats des efforts de travail menés par les experts des trois pays, qui ont enregistré des progrès remarquables dans la mise en œuvre des directives approuvées lors de la réunion d’Abuja.

Le ministre a ajouté que l’Algérie, le Nigeria et le Niger sont convaincus de l’importance du projet de gazoduc transsaharien en termes d’impact positif sur le développement social et économique des trois pays ainsi que sur les zones de transit, dans un contexte géopolitique particulier. énergétique, caractérisé par une forte demande en hydrocarbures, notamment en gaz naturel.

Arkab : Vers de nouvelles étapes dans le projet de gazoduc transsaharien

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a exprimé son optimisme quant à la réalisation de nouvelles étapes pour le projet de gazoduc transsaharien.

Arkab a souligné, jeudi, dans son allocution lors de la réunion tripartite des ministres de l’énergie d’Algérie, du Niger et du Nigeria, que les trois pays sont convaincus de l’importance du projet de gazoduc transsaharien en termes d’impact positif sur le développement économique de nos pays, qui renouvellent leur désir de voir ce projet se réaliser rapidement.

Arkab a ajouté que la réunion est l’occasion de bénéficier des résultats des efforts déployés à tous les niveaux, notant que le travail effectué par nos experts a déjà commencé à porter ses fruits.

Il a poursuivi en disant que la réunion était également l’occasion de faire des progrès dans la mise en œuvre des directives du Comité directeur adoptées lors de la réunion d’Abuja.

Il a expliqué que le protocole d’entente a été rédigé en tenant compte de l’évolution des contextes réglementaires et législatifs de chacun de nos pays.

« Nous nous attendons à ce que nous continuions à jouer un rôle de premier plan en termes de sécurité d’approvisionnement des marchés mondiaux », a déclaré Arkab, ajoutant : « J’espère que la réunion d’aujourd’hui, comme les réunions précédentes, aboutira à un accord qui annonce de nouvelles étapes dans réalisation de notre important projet. »

Gazoduc transsaharien.. Une réunion cruciale des ministres de l’énergie en Algérie

Jeudi, l’Algérie accueillera la troisième réunion ministérielle des ministres de l’énergie de l’Algérie, du Niger et du Nigeria, pour discuter des progrès réalisés dans la mise en œuvre de la feuille de route approuvée à Abuja en juin dernier.

Selon le ministère de l’Energie, la troisième réunion trilatérale entre l’Algérie, le Niger et le Nigeria sur le projet de gazoduc transsaharien se tiendra le jeudi 28 juillet 2022 à Alger, qui réunira les ministres chargés des hydrocarbures des trois pays. impliqués dans ce projet.
Il a ajouté : « Cette nouvelle réunion sera l’occasion d’étudier tous les aspects du projet, notamment les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la feuille de route adoptée à Abuja, dans le cadre des travaux du groupe de travail composé d’experts des trois pays.  »
Il convient de noter que le projet de gazoduc transsaharien est un vaste projet de transport de gaz qui relie ces trois pays sur une route d’environ 4 000 km.

Le projet de gazoduc transsaharien… l’insistance algérienne pour en faire un succès

Hakkar : Le gazoduc transsaharien a un avantage sur le nouveau projet pour ces raisons
Le 3 juillet 2022, le PDG de Sonatrach, Taoufik Hakkar, a déclaré que le projet de gazoduc transsaharien entre le Nigeria et l’Algérie n’est pas comparable à celui reliant le Maroc, en termes de coût, qui se répercute automatiquement sur le prix du gaz. , qui privilégie la première.

Dans une conférence de presse pour présenter le bilan du complexe au cours du premier semestre 2022, Hakkar a souligné que le projet de gazoduc algéro-nigérian, qui traverse 3 pays, ne peut être comparé à un autre (en référence au gazoduc Nigeria-Maroc) , qui traverse 12 pays.

Selon lui, le coût sera plus élevé, et donc le prix du gaz sera élevé, et c’est ce qui donne un net avantage au projet algérien.

Hakkar a souligné qu’il y avait des efforts pour accélérer la construction du gazoduc transsaharien.

Article précédentMaroc: Les autorités marocaines qualifient de « malades » ceux qui appellent au départ du gouvernement
Article suivantLe président Tebboune accorde une nouvelle interview à la presse