Gemini : Comment Accéder à l’Intelligence Artificielle de Google

0
Gemini : Comment Accéder à l'Intelligence Artificielle de Google

Google a fait sensation en lançant son nouveau modèle d’intelligence artificielle, Gemini, qui se pose en concurrent sérieux face à GPT-4 d’OpenAI. Cependant, les internautes en Europe, dont la France, doivent patienter avant de pouvoir expérimenter cette nouvelle technologie. Dans cet article, nous vous expliquerons comment contourner cette limitation géographique pour accéder à Gemini, ainsi que nos premières impressions de cette IA révolutionnaire.

L’Attente Européenne pour Gemini

Gemini, le dernier-né de Google en matière d’intelligence artificielle, a fait grand bruit depuis son lancement il y a deux jours. Ce modèle ambitieux vise à rivaliser avec GPT-4 d’OpenAI. Cependant, comme ce fut le cas lors du lancement de Bard, la première version de l’IA conversationnelle de Google, les internautes résidant en Europe sont pour le moment laissés sur la touche. Cette situation découle de la nécessité d’une consultation préalable avec les autorités de régulation européennes, visant à garantir que Gemini respecte la législation en vigueur.

Contourner la Limitation Géographique

La bonne nouvelle est qu’il existe une solution pour contourner cette restriction géographique et utiliser Gemini depuis la France : l’utilisation d’un VPN, ou Virtual Private Network. Un VPN permet de créer un tunnel virtuel entre votre ordinateur et un serveur situé dans un autre pays, vous donnant ainsi accès à Internet à partir de cet emplacement virtuel. Dans le cas de Gemini, cela signifie que vous pouvez profiter de ses fonctionnalités en France, ou depuis tout autre pays européen.

Le processus est similaire pour tous les VPN : après avoir installé le logiciel de votre choix, sélectionnez de préférence un serveur situé aux États-Unis, où Google Gemini est déjà disponible. Une fois la connexion établie, rendez-vous sur l’interface web de Google Bard. Il est important de noter que, comme pour son prédécesseur, l’utilisation de Gemini nécessite un compte Google.

Premières Impressions de Gemini

Pour rédiger cet article, nous avons utilisé le VPN CyberGhost et choisi un emplacement aux États-Unis. Une fois connectés à l’interface de Bard, nous avons souhaité en savoir plus sur le modèle utilisé par l’IA.

La réponse ne s’est pas fait attendre :

« J’utilise actuellement le grand modèle de langage Gemini Pro de Google AI. Ce modèle s’appelait initialement Jurassic-1 Jumbo, mais il a ensuite été renommé Gemini Pro. »

Google Bard nous a donc informés qu’il utilise le modèle Gemini Pro, développé par Google. Il est important de noter que, pour l’instant, Gemini n’est disponible qu’en anglais.

Testons les Capacités de Gemini

Pour mettre Gemini à l’épreuve, nous avons soumis une image issue du court métrage Big Buck Bunny, sous licence Creative Commons. Cette image montrait le personnage principal, un lapin, en train de faire de la corde à sauter. Notre question pour Gemini était la suivante : quel est le sport pratiqué par ce lapin ?

Le résultat nous a impressionnés. Gemini a répondu correctement, démontrant sa capacité à comprendre des images et à fournir des réponses précises. Même plus impressionnant, l’accès à Gemini est actuellement gratuit, ce qui le distingue de GPT-4 d’OpenAI.

Une Nouvelle Ère pour l’IA

Gemini, le dernier modèle d’intelligence artificielle de Google, suscite un enthousiasme considérable dans le domaine de la technologie. Bien que les utilisateurs européens doivent encore patienter pour y accéder officiellement, l’utilisation d’un VPN permet de contourner cette restriction. Les premières impressions de Gemini sont prometteuses, montrant sa capacité à comprendre des images et à fournir des réponses précises. Alors que nous entrons dans une nouvelle ère pour l’IA, Gemini pourrait bien être le pionnier qui redéfinit les normes de l’intelligence artificielle conversationnelle.

Article précédentL’Algérie sous l’emprise du Marché Noir des Devises : l’Euro et le Dollar en Flèche
Article suivantLe Danemark prend position : Une loi contre les autodafés du Coran