Halilhodzic était aimé des Algériens et « insulté » par les Marocains, les éléphants et les Japonais

0
Halilhodzic
Advertisement

Maroc Foot: Les supporters algériens ont suivi avec beaucoup d’intérêt la décision de la Fédération royale marocaine de football concernant la cessation des fonctions de l’entraîneur Vahid Khalilhodzic, qui ne dirigera pas les Lions de l’Atlas lors de la Coupe du monde Qatar 2022, et ce à 3 mois du début de la mariage mondial, alors que le public algérien interagissait via les sites de réseaux sociaux avec l’ancien entraîneur des Verts, privés pour la troisième fois de leur droit d’être en finale de la Coupe du monde, a fait ses adieux aux « Lions de l’Atlas » après 30 matchs qui inclus 20 victoires, 7 nuls et une défaite à 3 reprises.

il n’a pas hésité à poser plusieurs questions sur les véritables raisons qui ont poussé l’administration de Lekjaa à décider de se séparer de l’entraîneur bosniaque Vahid Halilhodzic seulement 3 mois avant la date de la Coupe du monde au Qatar, et lui qui a contribué à l’incarnation de cette réalisation lors de la phase de qualification, même si certains Marocains semblaient peu convaincus de la performance Les Lions de l’Atlas, car ils ont ouvert le feu sur lui en raison de la sortie de leur pays des quarts de finale de « Can 2022 », sans parler de son insistance à ne pas inviter certains joueurs qui sont populaires et soutiennent les animateurs, mais certains ont soulevé des questions sur la possibilité d’autres raisons, notamment ses éloges De temps en temps en Algérie et les masses algériennes, basées sur son expérience historique avec les « Verts » et ses bonnes relations avec les Fans des « Verts », ce ne sont que des suppositions, mais elles peuvent être parmi les raisons. Il n’hésite pas à évoquer ses souvenirs lors de sa direction des guerriers du désert, même lorsqu’il était entraîneur de l’équipe nationale marocaine. aux vives critiques auxquelles il a été confronté et aux cercles qui ont applaudi son départ au Maroc leLes médias et les niveaux publics.

Saâdane a ouvert la voie à son renvoi des « Eléphants », suivi de la malédiction du Japon et du Maroc

revenant sur l’histoire du bosniaque Halilhodzic avec ce scénario déroutant auquel il a été exposé 3 fois en 12 ans, nous constater que la première personne qui a ouvert la voie à son limogeage a été le cheikh des entraîneurs Rabah Saâdane lors du match historique qui a opposé les guerriers du désert et Philae Côte d’Ivoire, en quart de finale « Cannes 2010 », lorsque des collègues à l’apparence perte inévitable transformée en victoire historique, ils ont renversé la confusion des comptes du Bosnien, qui a quitté les éléphants peu avant la date de la Coupe du monde en Afrique du Sud, tout en laissant son empreinte auprès de l’équipe nationale après la qualification historique au tour Le deuxième de la Coupe du monde 2014, a alors décidé de partir par les portes les plus larges, mais est vite revenu au scénario des licenciements avant de savourer la moisson, à l’image de ce qui lui est arrivé avec l’équipe japonaise, lorsqu’il a été abandonné avant le Mondial 2018. Cup, et cette fois il a été répété avec l’équipe marocaine avant 3 mois de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Les tempéraments d’Halilhodzic l’ont sauvé en Algérie et lui ont coûté cher au Maroc

Hormis le scénario exceptionnel qui est arrivé à l’entraîneur Khalilozic à 3 reprises et de manière discutable, certains ont même dit à l’unanimité que « la chose la plus difficile à laquelle vous pouvez être confronté dans n’importe quelle carrière est de voler votre effort », mais beaucoup s’accordent sur le côté humeur qui souvent met à rude épreuve les relations de Khalilozic avec les dirigeants et l’environnement du football, y compris son expérience professionnelle en Algérie (2012-2014), au point que « Al-Faf » a failli le virer à plusieurs reprises, n’eût été la souplesse et la sobriété de Rorawa, sachant qu’Halilhodzic, qui est connu pour sa colère, émettait souvent des comportements négatifs, il avait auparavant rompu la table et contraint un joueur du « PSG à partir », alors qu’il s’était disputé avec le joueur français Floron Malouda lors de son encadrement du Turc club de Trabzon en 2014, et insulté les joueurs de l’Union de Djeddah, et démissionne entre les deux mi-temps en championnat de Turquie, et renonce au devoir de réserve dans plusieurs sorties médiatiques, qui lui ont coûté cher à plusieurs reprises, pour conserver de nombreuses tenues. sa déclaration disant : »Quand l’équipe gagne, les fans sont exceptionnels dans leurs célébrations, et en cas de défaite ou de trébuchement, ils perdent leur sang-froid et nous devons rapidement trouver un endroit où nous cacher. »

Article précédentL’Algérie condamne fermement l’attaque terroriste à Djeddah, en Arabie saoudite
Article suivantVidéo : Un début réussi pour Ismaël Bennacer et ses collègues milanais.