Des militants associatifs ont communiqué des chiffres relatifs aux arrestations et aux emprisonnements qui ont visé les manifestants du Hirak depuis le début du mouvement le 22 février 2019.  Les chiffres avancés font froid dans le dos !

Selon l’activiste et lanceur d’alerte Zaki Hannache, plus de 10 000 interpellations ont eu lieu depuis le début du Hirak le 22 février 2019 ! Toujours selon la même source, quelque 400 manifestants de divers horizons ont été jetés en prison tout au long des deux années de Hirak.

Cela ne s’arrête pas là. Ainsi, quelque 500 procès ont eu lieu et 1 200 procédures judiciaires ont été entamées contre les manifestants pacifiques.

D’anciens moudjahid, des étudiants, des médecins, des hommes politiques, des militants des activistes, des journalistes, des universitaires et de simples citoyens de divers âges font partie des victimes de cette répression.

De son coté, l’organisation nationale de la jeunesse n’a pas manqué de rappeler que des familles entières ont été arrêtées dans ce cadre.

Selon Zaki Hannache, 90% de ces arrestations ont eu lieu à Alger. L’activiste a précisé que ces arrestations se sont « étendues à partir de novembre 2019 à 45 wilayas du pays». l’histoire se répète aujourd’hui à l’approche des législatives, a-t-il estimé.

Article précédentLégislatives / les 19 partis qui y participeront
Article suivantZones humides: bientôt une étude sur la réhabilitation de Dhayet Morsli (Oran)