Le président du mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri a évoqué les raisons ayant amené son parti à refuser d’intégrer le nouvel exécutif. Parmi les raisons évoquées figure le fait de ne pas avoir eu de proposition pour un poste clef.   

Animant une conférence de presse ce mercredi à Alger, Abderrazak Makri a fait savoir que le MSP a refusé de faire partie du nouveau gouvernement à cause d’un certain nombre de raisons, dont le fort taux d’abstention ayant marqué les dernières législatives, la fraude électorale, mais également à cause des propositions faites au parti et qui, selon lui, ne lui permettent pas d’influer significativement sur la politique général du gouvernement.

S’agissant de la fraude électorale, il a dit que celle-ci «a empêché le mouvement d’obtenir la majorité ».

Concernant le fort taux d’abstention, le leader du MSP a expliqué que celui-ci est du « a de nombreuses raisons, comme la situation socioéconomique qui ne cesse de se dégrader.

Makri a également parlé de la « détérioration de l’image de l’élu perçu par le citoyen comme un opportuniste en quête de promotion dans l’échelle sociale ».