Justice: L’ancien directeur de la Direction de la modernisation à nouveau devant la chambre criminelle !

0
bracelet électronique
Advertisement

Algerie: Le 21 août, la chambre criminelle du Conseil judiciaire de la capitale a programmé le procès de l’ancien directeur des systèmes et moyens d’information à la présidence de la République, Akka Abdel Hakim, en sa qualité de directeur de la modernisation, accompagné du directeur général des finances et Moyens au ministère de la Justice, qui devra faire face à un juge de deuxième instance sur les incidents de dilapidation des fonds publics dans l’acquisition d’un millier de faux bracelet électronique.

Trois fonctionnaires du ministère de la Justice seront également suivis dans le dossier de l’affaire pour participation au gaspillage de fonds publics et conclusion d’accords contraires à la législation et à la réglementation.

Les faits de l’affaire sont résumés par l’implication de l’accusé dans le gaspillage de sommes importantes. d’argent qui a dépassé 16 milliards de centimes, lors de la conclusion d’un deal pour l’acquisition de 1 000 bracelets électroniques par l’intermédiaire d’un revendeur étranger représenté par une société française spécialisée dans la fabrication de dispositifs de géolocalisation pour voitures et n’ayant jamais fabriqué de bracelets électroniques, pour se préciser par la suite , selon ce que les enquêtes de sécurité ont révélé, que les appareils importés étaient « frauduleux » après réception de l’envoi importé, et qu’ils contenaient des défauts techniques et n’étaient pas conformes aux normes, puisque 870 bracelets ont été récupérés. Sur un millier d’échantillons et 41 rapports ont été édités par les établissements pénitentiaires alors qu’ils étaient utilisés par les détenus.

L’enquête a révélé l’implication des prévenus dans l’attribution du marché à la société française de simple consentement, à l’exclusion des autres concessionnaires économiques, alors même qu’elle n’est pas leader dans le domaine de la fabrication de bracelets électroniques.

A noter que le juge du Pôle Criminel, spécialisé dans les dossiers de corruption financière et économique au Tribunal de Sidi M’hamed, a tranché il y a plusieurs semaines dans le dossier, où le principal accusé a été condamné à une peine de 6 ans de prison , et le Procureur de la République avait requis le prononcé d’une peine de 10 ans d’emprisonnement effectif et d’une amende d’un million de DZD à son encontre et de la même peine à l’encontre de l’ancien directeur général des finances et des moyens, dit « L. Salim », alors qu’il a requis une peine de 3 ans de prison, et 100 000 DZD contre le sous-directeur de la Direction de la Modernisation « L. L. », et il a requis une peine de 18 mois de prison contre l’accusé. » MB » et « JT » sont deux cadres en la même direction.

Article précédentFeu de forêt: Les pertes causées par les incendies de Bejaia dépassent les 1 000 hectares
Article suivantLe général Said Chanegriha participe à un symposium sur la sécurité internationale à Moscou