Maroc-Algérie: Le prédicateur du Trône attaque l’Algérie

0
Président de l'Union internationale des savants musulmans, le Marocain Ahmed Raissouni
Advertisement

Algerie Maroc: Une grande chute a été signée par le chef de l’Union internationale des savants musulmans, le Marocain Ahmed Raissouni, qui a incité au « djihad contre l’Algérie » et « à la restauration de Tindouf et son annexion au Royaume ». de l’homme politique marocain Allal El Fassi, qui a inventé l’idée que « les frontières du Royaume du Maroc s’étendent jusqu’au fleuve Sénégal. » Et de grandes parties de l’Algérie, comme Tindouf et Bachar .”

Raissouni , qui a assumé le poste de président de l’Union internationale des savants musulmans à la suite du cheikh Youssef Al-kardawi, a fait des déclarations dangereuses tant au niveau politique qu’au niveau poétique, alors qu’il attaquait trois pays entiers, dont le premier c’est l’Algérie, puis la Mauritanie et la troisième, la République arabe sahraouie.

Raissouni a affirmé, dans des déclarations à une chaîne locale diffusant que ce en quoi il croit fermement, c’est que « le Sahara Occidental et la Mauritanie appartiennent au Royaume du Maroc », et a affirmé que « la question du Sahara Occidental est une industrie coloniale, exprimant ses regrets sur le l’implication des pays arabo-islamiques dans l’adoption de cette industrie coloniale.

Ce qu’il y a de dangereux dans ce qu’a dit Raissouni, qui a gardé le silence sur la trahison de son roi à l’égard de la cause palestinienne, et son silence sur les visites successives des dirigeants de l’establishment militaire et sécuritaire sioniste dans « l’Émirat du Commandeur des Croyants », c’est qu’il a appelé au soi-disant « jihad contre l’Algérie », dans une violation légale explicite du concept de jihad dans l’Islam, qui est contre les infidèles et les polythéistes et non contre un peuple musulman, où Raissouni a dit : « Le Sahara ne peut pas être séparé du Maroc, et nous sommes prêts pour une marche d’un million et pour le jihad avec de l’argent, et les universitaires marocains sont prêts à passer des semaines et des mois dans le désert et à Tindouf. 

Politiquement, il a parlé des convictions auxquelles il croit, et a dit qu’il est d’Allal El Fassi, et ce dernier, qui est un modèle pour Raissouni, a pris la présidence du Parti de l’Indépendance et a été ministre d’État aux Affaires islamiques. dans les années 1960, et il faisait partie des politiciens marocains qui considèrent que « les frontières historiques du Maroc s’étendent jusqu’au fleuve Sénégal au sud », comme El Fassi était célèbre, « pour avoir placé une carte portant son nom, appelée la carte d’Allal El Fassi, qui délimite l’extension des frontières sud marocaines jusqu’au fleuve Sénégal au sud, jusqu’à Tindouf, Hassi Beida et Béchar, en Algérie. » et l’annexant au Maroc », comme l’ancien secrétaire général du parti Istiqlal , disait Hamid chabat.
Ce n’est pas le moment que Raissouni promeut l’idée d’annexion du sol mauritanien au Royaume du Maroc, et cela s’est produit en 2017, lorsque la classe politique mauritanienne a condamné ces déclarations et les a jugées irresponsables et imprudentes.
Devant l’écho négatif laissé par les déclarations de Raissouni, qui est censé occuper une place importante dans l’arène du plaidoyer œuvrant pour la vérité et la diffusion de la vertu, l’Union internationale des savants musulmans s’est empressée de répudier ces déclarations et a publié lundi un communiqué signé par son secrétaire général Ali Mohieddin Al-Qara Daghi, il y a déclaré: «La constitution de l’Union internationale des savants stipule que l’avis qui est attribué à l’Union est l’avis convenu et signé par le président et le Secrétaire général après avis, puis émis au nom de l’Union, et sur la base de ce principe, les interviews ou articles sont destinés à Son Eminence le Président, ou au Secrétaire général.
Il n’exprime que l’opinion de son auteur, et ne signifie pas nécessairement exprimer l’opinion de l’Union. » et d’autres, mais ce n’est pas l’opinion de l’Union.

Bien que l’Union ait désavoué les déclarations de Raissouni, la déclaration n’était pas à la hauteur compte tenu de la gravité des propos tenus par le « gardien du roi Mohammed VI », puisqu’il s’agit d’une prétention explicite à combattre les musulmans d’une part, et à se tailler une place les terres d’un État et l’inclure dans un autre État.

Article précédentMétéo Algérie: Vague de chaleur atteignant 47 degrés dans 8 Wilaya
Article suivantAlgérie Poste: un service PREMIUM pour obtenir la carte Edahabia dans des délais record