Le procureur de la République  près le tribunal de Chraga (ouest d’Alger) a requis, ce mardi, deux très lourdes peines de prison à l’encontre de la militante Amira Bouraoui. Cette dernière est poursuivie dans deux affaires distinctes. Elle est accusée d’atteinte à l’islam dans l’une d’entre elles.  

Le procureur de la République près le tribunal de Cheraga a requis une peine de cinq ans de prison ferme, assortie d’une amende de 50 000 DA à l’encontre d’Amira Bouraoui.

Dans cette affaire, elle est accusée d’« atteinte aux préceptes de l’islam et au prophète », selon un communiqué du Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Le procureur a également requis une peine de trois ans de prison ferme pour contre Bouraoui dans le cadre de la seconde affaire. La militante est accusée d’« Outrage à un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions, », « atteinte à la personne du président de la République » et « Diffusion de contenu susceptible d’attenter à l’ordre public. »

Le verdict sera prononcé lors de l’audience du 4 mai prochain.