Ouyahia et Sellal

Algerie: Le procureur de la République près le Conseil de la magistrature algérien a appuyé, mardi, les sanctions demandées à l’encontre des anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, poursuivis pour corruption dans l’affaire « GB Pharma ».

Cela intervient après que le procureur de la République du Pôle Pénal, spécialisé dans le jugement des délits financiers et économiques près le Tribunal de Sidi M’hamed, a requis une peine de 10 ans de prison et une amende d’un million de dinars contre Ouyahia et Sellal.

Les deux anciens premiers ministres ont été accusés d’avoir accordé des privilèges injustifiés au complexe « Condor » et à ses filiales, notamment des installations pour l’implantation d’une usine pharmaceutique « GB Pharma » et de lui avoir accordé des installations considérées comme illégales.

Il a été décidé de reprendre le procès Ouyahia et Sellal dans l’affaire au niveau de la dixième chambre criminelle du Conseil judiciaire algérien, après avoir accepté le pourvoi en cassation.

En février 2021, le Conseil judiciaire d’Alger a confirmé les décisions préjudicielles rendues contre les observateurs dans l’affaire dans laquelle Ouyahia et Sellal avaient été condamnés à cinq ans de prison.

Le conseil doit prononcer les verdicts dans cette affaire lors d’une session le 24 mai, a indiqué l’APS citant le juge de la session

Article précédentRezig. L’Algérie va bientôt exporter fortement ses produits vers la zone de libre-échange africaine
Article suivantUn partenariat entre la société Saidal et Sinovac pour produire des vaccins contre la poliomyélite et la grippe saisonnière