Kotama : L’Algérie dans les Roulis de l’Huile, un Projet Qui Resurgit des Cendres de la Corruption

0
Kotama : L'Algérie dans les Roulis de l'Huile, un Projet Qui Resurgit des Cendres de la Corruption

Au cœur des soubresauts de la politique et des retombées de la lutte contre la corruption en Algérie, un nouveau chapitre s’ouvre avec la renaissance de l’usine de trituration de graines oléagineuses, Kotama. Un projet autrefois associé aux frères Kouninef, désormais sous l’égide du holding public Madar, promet d’insuffler une vie nouvelle dans le secteur de la production d’huile de table en Algérie.

Les Racines de Kotama : Un Passé Troublé

Ce mercredi, lors de la réunion du Conseil des ministres, le président Abdelmadjid Tebboune a révélé les détails de la résurrection de l’usine de trituration Kotama. Lancé à l’origine par le groupe privé Kouninef, le projet a basculé dans les mains de Madar à la suite de l’emprisonnement des frères Kouninef et du démantèlement de leur empire économique, déclenché par les enquêtes sur la corruption massive post-chute du président Abdelaziz Bouteflika en 2019.

Kotama : Un Nouveau Souffle pour l’Industrie de l’Huile en Algérie

Bien que son lancement initial ait été entaché par des controverses et des enquêtes, Kotama s’apprête à entrer en service en juin prochain, selon les déclarations du chef de l’État. Un nouvel espoir pour le secteur de la production d’huile en Algérie, l’usine promet d’ajouter une « plus-value importante pour les capacités de production nationale et l’approvisionnement du marché en huile, » a souligné le président Tebboune.

Kotama, propriété de Madar, se positionne comme le deuxième complexe majeur de trituration des graines oléagineuses en Algérie, après celui de Cevital inauguré en mai dernier à Béjaïa. Cependant, l’ombre du passé de Kotama plane, liée aux méandres de la corruption qui ont secoué l’Algérie ces dernières années.

L’Agriculture à l’Honneur : Des Directives Fermes du Président

Au-delà de Kotama, le Conseil des ministres a également mis en lumière le déroulement de la campagne Labours-semailles pour la saison 2023-2024. Le président Tebboune a souligné l’importance d’accompagner les professionnels du secteur agricole en introduisant des techniques de pointe et en favorisant un changement de mentalité propice à la création de richesse.

Dans une série d’instructions, le chef de l’État a appelé à une augmentation du rendement de la production des céréales par hectare, incitant les agriculteurs en valorisant les avantages octroyés par l’État et en généralisant l’usage des moyens scientifiques. Le secteur agricole, pierre angulaire du développement économique national, semble être au centre des préoccupations.

Vers un Avenir Verdit : Encouragement de l’Investissement Agricole dans le Sud

Dans une dernière note, Tebboune a plaidé pour une stimulation de l’investissement agricole dans le Sud, riche de conditions et de potentialités favorables. Il a également exhorté à accélérer la régularisation des dossiers en suspens depuis des années, particulièrement dans le domaine de la mise en valeur des terres, afin de délivrer aux bénéficiaires des actes de propriété conformément à la législation en vigueur.

Une Nouvelle Étape dans la Reconstruction de l’Économie Algérienne

Alors que Kotama émerge des cendres de la corruption et de l’emprise d’anciens magnats économiques, l’Algérie aspire à un avenir où l’huile de table algérienne sera le reflet d’une industrie en pleine renaissance. Les initiatives dans le secteur agricole, soutenues par des directives présidentielles fermes, marquent une étape cruciale dans la reconstruction de l’économie nationale. L’ombre du passé semble s’estomper, laissant place à l’espoir d’une ère nouvelle pour l’industrie alimentaire algérienne.

Article précédentChemin de Fer en Terres Arides : L’Algérie s’Empare du Désert avec l’Aide des Chinois
Article suivantRéunion du Conseil des ministres : Tebboune trace le cap, des enjeux cruciaux au menu