La Caution Retour pour les Étudiants Étrangers : Économies Symboliques ou Charge Démesurée ?

0
La Caution Retour pour les Étudiants Étrangers : Économies Symboliques ou Charge Démesurée ?

Au cœur de la nouvelle loi sur l’immigration en France se trouve un sujet qui suscite de vives réactions et des interrogations. La « caution retour », introduite par cette loi, soulève des débats passionnés, notamment dans le milieu de l’enseignement supérieur. Cependant, ce qui préoccupe la plupart des étudiants étrangers, en particulier les Algériens qui sont nombreux à poursuivre leurs études en France, c’est de comprendre en quoi consiste cette caution, quelle en est la somme, et quelles sont les modalités de son application. 

La Caution Retour : Une Nouveauté dans la Loi sur l’Immigration

La nouvelle loi sur l’immigration en France a introduit la notion de « caution retour » pour les étudiants étrangers désireux de suivre leur cursus dans le pays. Concrètement, cela signifie que ces étudiants devront déposer une certaine somme d’argent sur un compte bloqué afin d’obtenir leur carte de séjour temporaire portant la mention « étudiant ». Cette somme ne pourra être débloquée qu’au moment du retour de l’étudiant dans son pays d’origine à la fin de ses études en France ou en cas de changement de motif de son titre de séjour.

En d’autres termes, cette caution ne sera pas restituée avant le départ de l’étudiant étranger ou en cas de modification de son statut de séjour. Il convient de noter que la législation française permet aux étudiants étrangers de changer leur statut à la fin de leurs études, par exemple en sollicitant un titre de séjour « salarié » ou « vie privée et familiale », en fonction de leur nouvelle situation. Cette mesure visait initialement à dissuader les étudiants de rester en France, mais elle ne s’applique finalement pas à ceux qui souhaitent y travailler après leurs études.

Le Montant de la Caution Retour : Spéculations et Polémiques

La question qui divise actuellement les esprits est le montant de cette caution. Les textes d’application de la nouvelle loi sur l’immigration devront préciser ce point crucial. Cependant, des suggestions et des spéculations circulent déjà à ce sujet.

La Première ministre Élisabeth Borne a révélé que le montant de la caution pourrait osciller entre « 10 à 20 € ». Ce montant relativement modeste a été qualifié de symbolique, et il est prévu qu’il soit renvoyé à un texte réglementaire, ce qui ouvre la porte à une révision future de cette mesure. Il est intéressant de noter qu’Emmanuel Macron lui-même a exprimé son désaccord concernant cette caution, soulignant que la France avait besoin de continuer à attirer des talents et des étudiants du monde entier.

En outre, Élisabeth Borne a précisé que le ministère de l’Enseignement supérieur pourrait exempter certains étudiants de cette caution en fonction de leurs ressources et de leur parcours scolaire.

Comparaison avec l’Allemagne et Situation Actuelle en France

Pour mieux comprendre cette « caution retour », Élisabeth Borne a pris l’exemple de l’Allemagne, où les étudiants étrangers doivent déposer 11 000 € sur un compte bloqué pour pouvoir étudier. Cependant, cette somme peut être progressivement restituée à l’étudiant tout au long de l’année, par tranches mensuelles de 947 €. Cette comparaison soulève des questions sur la mesure française.

Certains opposants à la « caution retour », notamment les responsables d’universités et les syndicats étudiants, estiment que cette mesure existe déjà en France. En effet, actuellement, un étudiant étranger hors UE souhaitant étudier en France doit justifier auprès des autorités françaises qu’il dispose d’au moins 615 euros par mois, soit un peu plus de 7 300 euros par an, sauf exceptions. Cependant, il est important de noter que cette somme n’est pas bloquée, et l’étudiant n’est pas contraint de la déposer dans une banque française. Il est courant que les étudiants « gonflent » leur compte en déposant temporairement 7 500 € pendant 48 heures afin d’obtenir une attestation de l’organisme financier, puis retirent cette somme, qui leur est restituée.

Une Mesure Qui Soulève des Questions Profondes

La « caution retour » pour les étudiants étrangers est une mesure qui divise et suscite de vives réactions en France. Le montant prévu, bien que modeste, a soulevé des interrogations quant à son impact réel et à sa faisabilité. Les comparaisons avec d’autres pays, comme l’Allemagne, ajoutent une couche de complexité à cette mesure.

En fin de compte, cette « caution retour » doit être examinée à la lumière de ses objectifs et de ses conséquences potentielles sur les étudiants étrangers qui choisissent la France pour leurs études. Les discussions et les ajustements futurs devront tenir compte des enjeux liés à l’attractivité du pays pour les talents internationaux, tout en veillant à ce que la France reste une destination accueillante et accessible pour les étudiants du monde entier.

Article précédentExode Français : Une Majorité de Jeunes Prêts à Quitter la France
Article suivantAlgérien Radicalisé Fiché S et sous OQTF Libéré : La Justice Française Contredit le Gouvernement