La mafia marocaine de la drogue : une menace croissante pour l’Europe et l’Afrique du Nord

0
mafia marocaine de la drogue

Maroc: La mafia marocaine de la drogue est une menace grandissante pour l’Europe et les pays d’Afrique du Nord, selon un récent rapport de l’Institut africain d’études de sécurité.

Le rapport révèle que le cartel marocain de la drogue, connu sous le nom de « Mukro Mafia », contrôle un tiers du marché de la cocaïne en Europe. Cette activité illégale est alimentée par la corruption des responsables politiques, facilitant ainsi la contrebande de drogues en provenance d’Amérique du Sud et de plantations de cannabis au Maroc vers les ports des Pays-Bas et de Belgique.

La corruption joue un rôle crucial dans les activités de la mafia marocaine de la drogue. Les contrebandiers versent des pots-de-vin allant jusqu’à 100 000 euros aux travailleurs du transport de conteneurs dans les ports néerlandais d’Anvers et de Rotterdam pour éviter les contrôles de police et de douane.

Les Pays-Bas et la Belgique sont devenus des centres de blanchiment d’argent par la mafia marocaine, qui utilise notamment l’achat de diamants à Anvers et l’acquisition de biens immobiliers sur le territoire belge.

La mafia Mokro est également connue pour recourir à la violence pour étendre son contrôle sur le marché de la cocaïne. Au cours de la dernière décennie, plus de 100 personnes ont été tuées lors de violences entre la mafia marocaine et les trafiquants de drogue belges.

La menace croissante de la mafia marocaine de la drogue ne peut être ignorée. Les autorités européennes et nord-africaines doivent prendre des mesures immédiates pour lutter contre la corruption, la contrebande de drogue et la violence associées aux activités de la mafia.

Il est essentiel que les gouvernements travaillent ensemble pour mettre fin aux activités illégales de la mafia marocaine de la drogue et garantir la sécurité des citoyens européens et nord-africains.

Article précédentSéisme en Turquie et en Syrie : le bilan des victimes dépasse les 40 000 morts
Article suivantCoopération judiciaire France-Algérie : un accord bilatéral en préparation sur le droit de la famille