La Menace d’une Grève Illimitée au Québec : Le Front Commun Appelle à l’Action

0
La Menace d'une Grève Illimitée au Québec : Le Front Commun Appelle à l'Action

Le Québec se trouve à un carrefour décisif alors que le Front commun, représentant 420 000 membres affiliés à la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ), à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), à la Confédération des syndicats nationaux (CNS) et à l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), brandit de nouveau la menace d’une grève générale illimitée.

Un Ultimatum Lancé

Le Front commun n’a pas mâché ses mots en lançant un ultimatum au gouvernement du Québec : une entente de principe doit être présentée d’ici les 18 et 19 décembre, faute de quoi une grève générale illimitée deviendra inévitable. Cette menace plane alors que le Front commun entame sa troisième séquence de débrayage depuis novembre, marquant ainsi le plus long mouvement syndical du secteur public en 50 ans.

« Malheureusement, le gouvernement Legault devra mettre ça dans son bilan à la fin de son mandat », a déclaré Robert Comeau, président de l’APTS.

Les Négociations en Cours

Le Front commun soutient avoir présenté une contre-offre salariale et garde l’espoir d’une résolution avant Noël, bien que les négociations se heurtent à des obstacles. Les revendications syndicales, qui incluent une clause d’indexation et un rattrapage salarial, semblent éloignées de la dernière offre gouvernementale de 12,7 % sur cinq ans.

Le président de la CSQ, Éric Gingras, a souligné la volonté de la partie syndicale de prolonger la convention collective à cinq ans au lieu de trois, tout en insistant sur la nécessité de combler le retard de rémunération globale, estimé à 7,4 % par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Un Gouvernement Sous Pression

Le gouvernement se retrouve sous pression, avec des sondages montrant une perte de popularité régulière pour la Coalition Avenir Québec (CAQ) et son chef François Legault. La popularité du premier ministre est en déclin, comme l’illustre un récent sondage Angus Reid qui le place en queue de peloton parmi ses homologues canadiens.

Le Front commun estime que le gouvernement se trouve « de toute évidence » en position de faiblesse et espère que cette pression contribuera à un règlement rapide du conflit.

La Pression dans la Rue

La pression ne se limite pas aux négociations en cours, elle se fait également sentir dans la rue. Des centaines de grévistes affiliés au Front commun ont manifesté devant le Parlement pour marquer le dernier jour de la session parlementaire.

Certains manifestants ont critiqué l’utilisation de fonds publics pour attirer une équipe de la Ligue nationale de Québec, exigeant que ces ressources soient investies dans l’éducation et les services sociaux. D’autres ont exprimé leur frustration par le biais de pancartes humoristiques, soulignant les difficultés financières auxquelles ils sont confrontés.

Une Détermination Inébranlable

Malgré les défis et les sacrifices, les membres du Front commun restent déterminés à défendre leurs droits et à améliorer leurs conditions de travail. Les enseignants, par exemple, font face à des défis croissants, avec des ressources limitées pour soutenir les élèves et des conditions de travail de plus en plus difficiles.

Fanny Lamarche, enseignante depuis 35 ans, témoigne : « Les conditions se détériorent. Les jeunes enseignantes dépensent encore de leur propre argent pour garnir un peu les classes et susciter l’intérêt des élèves qui sont de plus en plus difficiles. Si on ne fait pas ça, il n’y en a pas de relève et ceux qui restent, ils s’épuisent, puis ils lâchent. »

À l’aube du troisième mouvement de débrayage du Front commun, la détermination des grévistes ne fléchit pas, car ils croient en la valeur de leur combat pour un avenir meilleur.

En conclusion, le Québec se trouve à un moment critique de son histoire, avec le spectre d’une grève générale illimitée qui plane au-dessus de la province. Les négociations en cours détermineront si un accord peut être trouvé ou si la grève deviendra inévitable. Les enjeux sont élevés, et les résidents du Québec regardent avec attention l’issue de cette lutte pour les droits des travailleurs du secteur public.

Article précédentTempête Hybride au Québec : Pluie et Neige en Vue
Article suivantL’Algérie sous l’emprise du Marché Noir des Devises : l’Euro et le Dollar en Flèche