L’adhésion de l’Algérie aux BRICS est dans le bon sens

0
Algérie BRICS
Advertisement

L’adhésion de l’Algérie au groupe économique « BRICS » est devenue ouverte, avec l’annonce successive de pays individuels saluant l’effort d’adhésion, d’autres pays actifs dans le groupe soulignant la nécessité « d’élargir » cet espace.

À cet égard, l’ambassadeur sud-africain en Russie, Mzufukili Makitoka, a révélé qu’environ 13 pays ont exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe BRICS, et environ la moitié d’entre eux ont soumis des demandes officielles pour rejoindre l’organisation.

« Actuellement, il y a 13 pays qui ont demandé à rejoindre le groupe BRICS, et il y a des pays qui ont soumis des demandes formelles récemment, et 6 autres ont également manifesté leur intérêt », a déclaré l’ambassadeur sud-africain à l’agence russe « Spoutnik ».

« Je m’attends personnellement à ce que la priorité aille du côté de ceux qui ont déjà postulé », a poursuivi Mazoufukili, expliquant que parmi les concurrents figurent deux pays africains, l’Algérie et l’Egypte, en plus de l’Iran, de Bahreïn, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis pour l’Asie. .

Selon l’ambassadeur, tous les États membres du BRICS saluent l’élargissement, mais il est nécessaire de définir les modalités d’acceptation de nouveaux membres, soulignant que la question de l’élargissement du BRICS est à l’ordre du jour et que tous les pays du BRICS saluent l’élargissement du partenariat entre les pays.

Pretoria a lié la priorité des pays qui seront membres des « BRICS » au dépôt du dossier, et cette condition a été dépassée par l’Algérie, puisqu’elle a formellement déposé la demande : il s’agit du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud.

Le responsable du ministère algérien des Affaires étrangères a déclaré que la Russie et la Chine saluaient l’adhésion de l’Algérie, et que l’Afrique du Sud, le Brésil et l’Inde étudient actuellement le dossier d’adhésion avant de se prononcer.

L’ambassadeur de Russie en Algérie, Valerian Shuvaev, a déclaré dans une interview à « Al-Shorouk » que la soumission de la demande algérienne au groupe « BRICS » est une histoire de longue haleine. . Et « nous ne remarquons aucun problème en ce qui concerne la soumission de la demande officielle algérienne, pourtant il y a d’autres États membres du BRICS et ils doivent s’entendre entre eux sur les cadres procéduraux, administratifs et juridiques pour l’inclusion de nouveaux membres dans le groupe susmentionné, et des consultations à cet égard sont en cours », ajoute le diplomate russe.

L’autre avis positif a été exprimé par la Chine, qui est un partenaire stratégique de l’Algérie, où l’ancien ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a confirmé, à la fin de l’année dernière à New York, que « Pékin se félicite de l’entrée de l’Algérie dans la famille des BRICS ». notant que l’Algérie est « un grand pays émergent » et « un représentant des économies émergentes ».

Bien que l’Inde n’ait pas exprimé de position claire sur l’adhésion de l’Algérie, elle a néanmoins exprimé une volonté d’élargir cet espace, ce qu’a affirmé son ambassadeur en Algérie, qui a récemment déclaré à Al-Shorouk : « Nous avons déjà reçu la demande de l’Algérie d’adhérer aux BRICS.

L’Inde a soutenu la discussion entre les membres du BRICS. » BRICS sur le processus d’élargissement, dans le même temps, nous avons également souligné que les pays BRICS doivent clarifier les lignes directrices, les critères et les procédures sur la base d’une consultation et d’un consensus complets pour le processus d’élargissement sur sur la base de consultations complètes et d’un consensus, et que le stade où nous discutons des candidatures n’a pas encore atteint, celles-ci seront examinées au stade approprié sur la base d’un consensus.

Il apparaît, à travers des données préliminaires, que l’adhésion de l’Algérie est une question de temps en raison de la situation de l’économie nationale, et de considérations politiques et stratégiques avec la majorité des États membres, qui ont fait dire au président Tebboune : « Nous espérons que l’année 2023 sera couronnée par l’entrée de l’Algérie dans l’ organisation des BRICS .Il a ajouté : « Nous avons l’approbation de la Russie, de la Chine et de l’Afrique du Sud, et le nouveau président du Brésil acceptera que l’Algérie rejoigne l’organisation BRICS ».

Article précédentGuerre russo-ukrainienne: Est il vrai que le Maroc a fourni à l’Ukraine des chars militaires ?
Article suivantL’Algérie et l’Italie portent un coup sévère à un projet stratégique franco-espagnol