L’affaire de la fraude des étudiants: Numidia Lezoul perd connaissance pendant l’audience

0
Numidia Lezoul
Advertisement

Algerie: La Cour d’appel du Conseil judiciaire de la Capitale a ouvert le dossier des influenceurs impliqués dans l’affaire de fraude étudiante, où le juge de deuxième instance a écouté les déclarations des prévenus, qui ont insisté sur leur déni des faits suivis.

L’audience, qui a duré jusqu’à tard dans la nuit, a été témoin de l’effondrement de l’influente Numidia Lezoul et de sa perte de conscience lors de l’audition de la requête du parquet.

Les requêtes du représentant du droit public sont venues, réclamant une peine de 10 ans de prison pour le principal accusé, « Oussama Zeraki », le directeur des deux sociétés, le directeur des deux sociétés futre gate et vyklyk.dz.

Une peine de 3 ans de prison et une amende de 500 000 dinars ont également été recherchées contre les influenceurs restants Numidia Lezoul, Rivka, Stanley et le reste des accusés.

Le 26 juillet 2022, les 13 accusés dans l’affaire, menés par quatre influenceurs sur les réseaux sociaux, ont comparu devant le juge de deuxième classe de la cinquième chambre criminelle du Conseil judiciaire de la capitale, avant qu’il ne soit décidé de reporter leur procès au 2 août. 2022 à la demande de la défense.

Le dossier qui a été précédemment soumis au tribunal de première instance de Casablanca concerne des escroqueries et des escroqueries à l’encontre de dizaines d’étudiants algériens souhaitant terminer leurs études à l’étranger, par deux sociétés fictives sous le nom de « Viuter Fight », et leur a volé d’importantes sommes d’argent. , et de nombreuses charges ont été retenues contre les personnes impliquées dans le dossier, dont des vedettes des « Réseaux Sociaux », et il est lié à l’influenceur Numidia Lezoul, Farouk Boujmelin, dit « Rivka », ainsi que Mohamed Iberkan, dit  » Stanley », en plus du propriétaire et gérant de la société dénommée « Z. Ousama » et de sa secrétaire dénommée Lina, ainsi que du propriétaire d’une agence de tourisme et de voyage dénommée « B. Mohamed Amin », avec la mère du principal accusé, un ancien parlementaire, et des hommes d’affaires influents, ainsi que l’influent Anas Abdali, qui a été jugé il y a quelques jours à la chambre des mineurs du tribunal de Casablanca, alors qu’il était mineur et condamné à une peine pécuniaire estimée à 10 millions de centimes .

Il y a quelques semaines, le tribunal correctionnel a prononcé des peines allant de l’acquittement à un à sept ans de prison, et des amendes entre 50 000 et 5 millions de DA, contre tous les prévenus, après avoir induit en erreur le dossier et l’avoir réadapté de crime à délit, pour participation au blanchiment d’argent à l’aide de facilités accordées par une activité bâtie, dans le cadre d’un groupe criminel organisé, et pour le délit de participation à la violation de la législation et de la réglementation des changes et des mouvements de capitaux à destination et en provenance de l’étranger.

Article précédentSommet arabe en Algérie: Le ministère des Affaires étrangères commence à recevoir les demandes d’accréditation de la presse étrangère
Article suivantLe festival de la bière allemande annulé au Maroc en raison de la pression populaire