L’Algérie gâche les espoirs de l’Espagne

0
algerie espagne
Advertisement

L’Algérie continue de prendre des mesures sévères contre l’Espagne, qui a dévié de sa position historique sur la question du Sahara occidental.

A ce sujet, le journal « Information » révélait, dans un article circonstancié, que l’Algérie excluait les entreprises espagnoles des projets de dessalement que cette dernière cherchait à remporter.

Le rapport indique qu’en décembre dernier, l’Institut espagnol du commerce extérieur d’Espagne a lancé un appel aux entreprises espagnoles actives dans le secteur de l’eau pour qu’elles participent aux projets de dessalement et de traitement des eaux usées que l’Algérie devait lancer de 2022 à 2030.

Le partenaire espagnol fondait de grands espoirs sur ces projets, qu’il considérait comme une opportunité rentable et formidable d’internationaliser le tissu d’affaires espagnol, d’autant que les relations à l’époque étaient bonnes avec l’Algérie, selon « Information ».

Le rapport souligne qu’après 7 mois d’attente, l’Algérie a décidé d’imposer des restrictions strictes aux nouveaux projets de dessalement et d’exclure les partenaires étrangers de leur parrainage, y compris les entreprises espagnoles.

L’Algérie a pris une décision importante pour autoriser uniquement les entreprises nationales à participer aux appels d’ offres pour ces projets.

Les dépositaires ont soumis des projets pour cinq grandes usines de dessalement à des entreprises publiques nationales de dessalement.

Selon la même source, des entreprises espagnoles avaient auparavant participé à des travaux sur des projets de dessalement en Algérie, avant que l’Algérie ne change de boussole en général.

Il convient de noter que la décision de l’Algérie est considérée comme positive pour l’économie nationale, car elle a donné la priorité aux entreprises nationales plutôt que de s’appuyer sur des partenaires étrangers.

Article précédentAlgérie: Pas de commentaire sur le discours de Mohammed VI.
Article suivantAlgérie: Les grandes lignes de l’interview du président Tebboune