Les Algériens goûtent les premiers fruits de la hausse du prix du Pétrole

0
prix du Pétrole
Advertisement

Algerie: Alors que les prix du pétrole et du gaz ont atteint des chiffres records au cours des six premiers mois de l’année en cours, les signes d’apaisement financier ont commencé à se traduire par des décisions prises dans l’intérêt du front social, prises par les plus hautes autorités du pays, afin que les Algériens récoltent des fruits de la reprise des revenus.

Dans une interview à la presse nationale, diffusée dimanche soir sur les chaînes de télévision algériennes, le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé de nouvelles augmentations de salaires, la hausse de l’allocation chômage et le retour des projets automobiles, après une grave pénurie de véhicules qui a duré 4 ans, soulignant : « Tant qu’il y aura des revenus supplémentaires au cours de cette année. » Je m’engage à augmenter les salaires et à augmenter la valeur de l’allocation de chômage, car la guerre que nous menons vise à restaurer la dignité ».

Cela s’accompagne de la prise par le gouvernement d’un certain nombre de mesures pour desserrer la pression sur le citoyen, en réduisant la liste des matières interdites à l’importation pour maintenir le pouvoir d’achat, et des investissements structurels gelés depuis des années, comme faire le premier pas dans le projet de mine de fer de Ghar Jbeilat dans la Wilayat de Tindouf, la signature de milliards de dollars d’investissements pour Sonatrach et le dévoilement d’une nouvelle loi sur les investissements qui apportera d’énormes projets économiques lors de la prochaine étape.

Les experts appellent à une orientation immédiate de l’excédent vers la relance économique

Les experts s’attendent à la reprise des fonds algériens, qui ont connu une tendance à la baisse à partir de juillet 2014, dans le sillage de l’épreuve pétrolière, qui a entraîné l’érosion de l’épargne, et elle est liée aux réserves de change et au Fonds de contrôle des recettes, au moment où ils exigent un bon investissement des nouvelles recettes pour parvenir à une reprise économique sérieuse, selon des plans bien pensés, et ne pas se contenter d’augmentations de salaires, qui, bien qu’elles soient dans l’intérêt du pouvoir d’achat des le simple citoyen, mais leur pérennité ne sera pas assurée en l’absence d’investissements structurels et de réformes économiques sérieuses.

L’économiste, Kamal Khafach, estime que la hausse des prix du pétrole et du gaz, « ne durera pas éternellement. » Le gouvernement est tenu – selon lui – aujourd’hui de faire bon usage de l’opportunité de parvenir à une relance économique basée sur des plans précis, et tirer parti de la vague de prix élevés du carburant résultant de la guerre russo-ukrainienne, relancer l’envoi d’investissements et activer des secteurs stratégiques en sommeil depuis des années, et donner une impulsion à la croissance économique et aux projets structurants.

Le journaliste affirme que l’arrêt de la guerre russo-ukrainienne, la baisse de la croissance économique mondiale et l’intervention des barons du pétrole et du gaz, pourraient mettre en avant le scénario de l’effondrement des prix, de sorte que les autorités algériennes se retrouvent face à une baisse des revenus, et donc le gouvernement est obligé aujourd’hui de faire bon usage de l’opportunité de la bulle des prix de l’énergie.

D’autre part, Khafach a apprécié les décisions prises par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, concernant les augmentations de salaire, considérant qu’une telle mesure peut jouer un rôle important dans l’amélioration du pouvoir d’achat du citoyen algérien, qui s’est érodé au cours du passé. années, en particulier pendant la période Corona, mais cette décision doit être accompagnée par la réalisation d’une croissance économique sérieuse, afin que l’inflation ne dévore pas les nouvelles augmentations, en faisant de plus grands efforts de la part des institutions publiques et privées pour extraire des parts du marché intérieur et extérieur , en appliquant le contenu de la loi d’investissement qui devrait être prochainement publiée au Journal Officiel, et en exploitant rationnellement les ressources additionnelles, avec la reprise du projet d’appui sélectif, qui est légiféré par la loi de finances pour l’année en cours, sans se rétracter et de ne pas le garder enfermé dans les tiroirs du gouvernement.

Pour sa part, l’expert financier Mohamed Hamdouch confirme que l’augmentation des salaires sans envisager de nouveaux mécanismes pour faire face à l’inflation, fera éroder ces augmentations dans un cercle vicieux, appelant à répartir les revenus pétroliers supplémentaires entre les budgets des l’équipement comme la gestion, et la réalisation de la croissance économique, de ne pas revenir à l’avenir à la politique de planche à billets pour financer le déficit.

L’orateur a appelé à s’éloigner des politiques antérieures qui étaient dominées par une idéologie administrative, car « la marge est disponible pour augmenter les salaires, mais sans négliger la nécessité du travail, de la production et de l’investissement et la dédicace d’un véritable modèle économique ». ajoute l’expert.

Article précédentAlgérie: Les grandes lignes de l’interview du président Tebboune
Article suivantAir Algérie confirme l’abolition des restrictions Corona sur les voyageurs vers la France