L’Algérie invite la Russie à investir dans le gazoduc transsaharien

0
gazoduc transsaharien
Advertisement

L’ambassadeur d’Algérie en Russie, Ismail Ben Amara, a révélé que les entreprises russes peuvent investir leurs technologies dans le processus de construction d’un gazoduc transsaharien , qui reliera le Nigeria aux pays européens.

Cela est ressorti des déclarations faites par le porte-parole de l’agence russe « Spoutnik », aujourd’hui, mardi.

Le ministre de l’Energie Mohamed Arkab et le directeur général de Sonatrach Tawfiq Hakkar devraient participer à la Semaine russe de l’énergie, qui se tiendra à Moscou du 12 au 14 octobre, selon la même source.

L’ambassadeur a déclaré que « le ministre de l’Énergie et le patron de Sonatrach, la plus grande compagnie pétrolière et gazière africaine, arriveront à Moscou les 12 et 14 octobre pour assister au forum. À l’invitation du vice-Premier ministre (russe) Alexander Novak.

L’agence russe a cité une précédente déclaration du ministre nigérian de l’énergie selon laquelle « la construction du gazoduc au Nigeria est achevée à 70 %. Maintenant, nous devons nous concentrer sur la section du pipeline au Niger. Les entreprises russes peuvent donc investir leurs technologies dans ce projet non seulement pour exporter du gaz du Nigeria mais aussi pour permettre aux pays de la région de se développer.

Le ministre nigérian a déclaré dans des déclarations à la chaîne satellitaire Al Sharq que l’Algérie a achevé la construction d’un réseau de gazoducs sur son territoire, qui est lié au projet de gazoduc transsaharien.

Le gazoduc transsaharien s’étendra sur plus de 4 000 km et reliera le Nigeria à l’Europe, via le Niger et l’Algérie.

Il a déclaré que « ce pipeline est en cours de planification, et après un an ou deux, le Nigeria commencera la construction du pipeline ».

Le 28 juillet, les autorités algériennes ont annoncé la signature d’un nouveau protocole d’accord avec le Niger et le Nigeria pour commencer la mise en œuvre du projet de gazoduc transsaharien.

Le protocole d’accord a été signé côté algérien par le ministre de l’Energie et des Mines Mohamed Arkab, pour le Nigeria , le ministre d’Etat aux Ressources pétrolières Timbrie Silva, et pour le Niger, le ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables Mahaman Sani Mahamadou.

Le coût initial du projet est estimé à 13 milliards de dollars, pour transporter jusqu’à 30 milliards de mètres cubes de gaz par an vers l’Europe.

Article précédentEN: 3 informations importantes sur le prochain camp de l’équipe nationale algérienne
Article suivantAir Algérie: La moitié des vols vers la France annulés en raison de la grève des contrôleurs aériens