L’Algérien Sahara Bland franchit la barre des 123 dollars pour la première fois en deux mois

0
Sahara Bland
Advertisement
Les prix du pétrole algérien ont connu une nouvelle hausse, portant le prix du baril de Sahara Bland, mardi, à 123 dollars, et il figure parmi les matières premières les plus chères au monde.

le brut algérien a réalisé dans les échanges de mardi, une hausse de 1,63%, pour atteindre son prix de 123,51 dollars le baril, soit son plus haut niveau depuis mars dernier.

Selon le site « Oilprice », Sahara Bland se classe au deuxième rang des bruts les plus chers de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole « OPEP » après le brut nigérian.

Les prix du pétrole ont augmenté, mardi, à leur plus haut niveau en deux mois, après que l’Union européenne a accepté de réduire les importations de pétrole en provenance de Russie.

La décision de l’Europe a fait craindre que le marché ne soit nerveux au sujet de l’offre dans un contexte de demande croissante avant la haute saison de conduite estivale aux États-Unis et en Europe.

à 7 heures GMT, le prix du contrat à terme sur le brut standard Brent – pour livraison en juillet prochain, a augmenté de 1,49%, pour atteindre 123,48 dollars le baril.

Le prix des contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate pour livraison en juillet a également augmenté de 3,29 %, enregistrant 118,85 $ le baril, soit une augmentation de 3,78 $ par rapport à la clôture de vendredi.

Le 18 mai 2022, les prix du pétrole ont augmenté de plus d’un dollar le baril, soutenus par l’espoir d’une reprise de la demande en Chine, alors que le pays assouplissait progressivement certaines des restrictions les plus sévères pour lutter contre le virus Corona.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 1,15 $, soit 1 %, pour atteindre 113,08 $ le baril.

Les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate ont également augmenté de 1,62 $, ou 1,4%, à 114,02 $ le baril, compensant une partie de ses pertes après la chute des prix d’environ 2% lors de la session précédente.

Les prix du pétrole algérien ont chuté de plus de 10% au cours du mois d’avril

Le prix moyen du brut algérien de référence, Sahara Bland, a atteint 109 dollars en avril dernier, dans un contexte caractérisé par de fortes fluctuations du marché mondial du pétrole, dues à la situation sanitaire en Chine notamment.

Selon le rapport mensuel publié le 13 mai 2022 par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le prix moyen mensuel du brut algérien est passé de 121,80 dollars le baril en mars à 109,37 dollars en avril dernier, soit une baisse de 10,2 %.

Néanmoins, le pétrole algérien reste au-dessus du seuil symbolique des 100 $, et à environ 40 $ du prix moyen enregistré au cours de l’année écoulée (70,89 $/baril).

Par ailleurs, « Sahari Land » se classait au premier rang des matières premières les plus chères en avril 2021, parmi les 13 matières qui composent le panier « OPEP », selon le rapport.

Le prix du brut algérien est déterminé, en fonction des cours du Brent, le brut de référence de la mer du Nord négocié sur le marché de Londres, avec une prime supplémentaire calculée compte tenu de ses propriétés physiques et chimiques très recherchées par les raffineries.

Après trois mois consécutifs de hausse, le panier de l’Opep a connu une baisse de 6,9% en avril, pour s’établir à 105,64 dollars le baril, contre 113,48 dollars le mois précédent.

Cette baisse s’explique par le ralentissement de la demande mondiale et la prolongation des mesures de quarantaine contre la pandémie de Covid-19, notamment en Chine, selon le rapport.

Quant à la production algérienne, elle a atteint 1 006 millions de barils par jour en avril dernier, soit une augmentation de 10 000 barils par rapport à la production moyenne en mars (996 mille barils par jour).

Et les pays de l’OPEP ont produit au total 28,648 millions de barils/jour en avril 2022, contre une production de 28,495 millions de barils/jour au cours du mois

Le 4 mai 2022, les prix du pétrole ont bondi de 3 dollars pour les deux références, après que le président de la Commission européenne a appelé les pays de l’Union européenne à interdire les importations de pétrole russe.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 3 dollars, portant le prix du baril à 107,97 dollars, tandis que le contrat à terme sur le pétrole américain de référence, le brut West Texas Intermediate, a également bondi de 3 dollars pour s’établir à 105,41 dollars le baril.

Cette hausse intervient après que les prix du pétrole ont augmenté au début des échanges asiatiques, mercredi, tirés par des données industrielles qui ont montré une baisse des stocks américains de brut et de carburant, ce qui a soulevé des inquiétudes en matière d’approvisionnement.

Le brut Brent a franchi le niveau de 106 dollars le baril, en hausse de 1,13 %, tandis que le brut américain a augmenté de 1,25 %, dépassant le niveau de 103 dollars le baril.

La hausse des prix intervient alors que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a appelé mercredi les pays de l’Union européenne à interdire les importations de pétrole russe, dans le cadre d’un sixième paquet de sanctions visant les importations de pétrole russe en raison de ses opérations militaires en Ukraine.

Les prix du pétrole baissent de plus de 5% en raison du retour de Corona en Chine

Le 25 avril 2022, les prix du pétrole ont chuté de plus de 5 %, craignant que l’épidémie de Covid en Chine ne provoque une baisse significative de la demande de l’un des plus gros consommateurs d’énergie.

Lundi, le prix des contrats de brut « Brent » est tombé à 101,20 dollars le baril, tandis que les contrats de brut américain sont tombés à 96,85 dollars.

La Chine travaille dur pour contrôler une nouvelle vague épidémique qui a conduit à la fermeture de Shanghai, la plus grande ville du pays, et a porté un coup dur à la demande énergétique.

À Shanghai, les autorités ont érigé des clôtures à l’extérieur des immeubles d’habitation, suscitant une nouvelle colère du public. À Pékin, beaucoup ont commencé à stocker des denrées alimentaires, craignant une fermeture similaire après l’apparition de quelques infections.

Après avoir atteint son plus bas niveau en 3 semaines, le prix du pétrole repart à la hausse

Le 7 avril 2022, les contrats à terme sur le pétrole ont augmenté, jeudi, par rapport au creux de 3 semaines qu’il avait atteint lors de la session précédente, après que les principaux pays consommateurs ont déclaré qu’ils libéreraient de grandes quantités de réserves de pétrole, tandis que les craintes d’un approvisionnement serré dominent toujours les attentes du marché.

Les contrats de brut Brent ont augmenté de 1,48 $, ou 1,5 %, à 102,55 $ le baril.

Et les contrats de brut américain ont augmenté de 1,26 $, ou 1,3 %, à 97,49 $ le baril.

Les deux indices de référence ont perdu plus de 5% lors de la session précédente et ont enregistré leur plus bas niveau à la clôture depuis le 16 mars.

L’Agence internationale de l’énergie a déclaré que ses États membres libéreraient 120 millions de barils de réserves stratégiques pour tenter de calmer les fortes hausses de prix.

Une grosse baisse des prix du pétrole pour cette raison !

Le 4 avril 2022, les prix du pétrole ont continué de baisser, les investisseurs continuant de se ravitailler des réserves stratégiques de pétrole des pays consommateurs, tandis que l’armistice au Yémen a apaisé les craintes de rupture d’approvisionnement.

Les contrats à terme sur le brut Brent ont chuté de 79 cents, ou 0,8%, à 103,60 dollars le baril, tandis que le brut américain West Texas Intermediate a enregistré 98,45 dollars le baril, en baisse de 82 cents, ou 0,8%.

Les contrats à terme pour chacun des deux bruts ont diminué de $ au début des échanges sur les marchés aujourd’hui.

Les prix du pétrole ont chuté d’environ 13% la semaine dernière, après que le président américain Joe Biden a annoncé que jusqu’à un million de barils par jour seraient retirés de la réserve stratégique américaine de pétrole pour une période de six mois à compter de mai.

Biden a déclaré que le retrait, le troisième au cours des six derniers mois, servirait de pont pour que les producteurs nationaux puissent augmenter la production et rééquilibrer l’offre avec la demande.

Les prix du pétrole continuent d’augmenter .. et Sahara Bland dépasse la barre des 124 dollars

Le 24 mars 2022, les prix du pétrole ont augmenté dans les échanges de jeudi, pour dépasser le seuil de 122 dollars le baril, en raison de la perturbation des exportations de brut de la Russie et du Kazakhstan via l’oléoduc de la mer Caspienne, et d’une chute soudaine des stocks de pétrole américains de 2,5. millions de barils.

Les spécialistes ont estimé que la perturbation de l’oléoduc de la mer Caspienne, qui est l’un des plus grands oléoducs de transport de pétrole brut au monde, est devenue un nouveau facteur de pression sur les approvisionnements énergétiques.

Le vice-Premier ministre russe Alexander Novak a déclaré que l’approvisionnement en pétrole pourrait s’arrêter pendant deux mois à la suite de cet échec, en plus de la baisse des stocks américains.

le prix des contrats à terme sur le brut Brent – mai 2022, a augmenté de 0,58%, pour enregistrer 122,31 dollars le baril. Et c’est à 06h16 GMT.

Les prix des contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate – livraison en avril ont également augmenté de 0,07%, pour atteindre 115,01 dollars le baril.

Quant au prix du pétrole algérien, « Sahari Bland », il a également connu une hausse de plus de 6 %, dépassant le prix du baril de 124 dollars.

Les prix du pétrole avaient augmenté d’environ deux dollars au cours des deux décennies, en début de séance aujourd’hui, avant de se tourner vers la baisse, puis de reprendre la hausse dans les échanges volatils.

Sonatrach décide de relever le prix officiel de vente du pétrole algérien à partir d’avril

Le 22 mars 2022, Sonatrach a annoncé une augmentation du prix de vente officiel du brut algérien Sahara Bland, à partir d’avril, de cinq dollars le baril par rapport au prix du brut Brent.

Selon ce qui a été rapporté par l’agence de presse Reuters, Sonatrach a fixé le prix de vente officiel du brut saharien pour le chargement en avril à une augmentation de cinq dollars le baril, après qu’il a été fixé à 3,05 dollars le baril au-dessus du prix du Brent pour le chargement en Mars.

Le prix du pétrole brut algérien, « Sahari Bland », a atteint mardi le niveau de 118 dollars le baril dans les échanges, avec une hausse de plus de 7%.

Alors que les prix du pétrole ont chuté, après avoir augmenté au début des échanges en raison de la volatilité des marchés, en plus des opinions contradictoires dans l’Union européenne concernant l’imposition d’une large interdiction d’achat de pétrole russe.

Après que les contrats à terme sur le Brent aient augmenté de 2,23 % à 118,18 dollars le baril en début de séance, ils ont chuté de 1,4 % à 114 dollars le baril.

Les contrats à terme sur le brut américain ont également chuté de 1,82 % pour atteindre 107,8 dollars le baril, après avoir augmenté de 2,13 % en début de séance pour atteindre 112,31 dollars le baril.

Pour référence, les gouvernements de l’Union européenne examineront l’opportunité d’imposer un embargo pétrolier à la Russie suite à son invasion de l’Ukraine lorsqu’ils se réuniront cette semaine avec le président américain Joe Biden dans une série de réunions au sommet visant à durcir la réponse de l’Occident à Moscou.

Le 17 mars 2022, les prix du pétrole ont augmenté d’environ 3 % jeudi, après que l’Agence internationale de l’énergie a déclaré que les marchés pourraient perdre trois millions de barils par jour de produits bruts et raffinés en provenance de Russie, à partir d’avril.

L’agence a déclaré que les approvisionnements perdus seraient beaucoup plus importants que la baisse prévue de la demande d’un million de barils par jour, causée par les prix élevés du carburant.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 3 dollars, soit 3,1%, à 101,09 dollars le baril à 8h44 GMT, après avoir chuté pendant trois sessions consécutives.

Le brut américain West Texas Intermediate a également augmenté de 2,8 $, ou 3 %, à 97,84 $ le baril.

Les deux contrats sont tombés mercredi, lors de leur règlement, à la suite d’un bond inattendu des stocks de brut américains et d’indications de progrès dans les pourparlers russo-ukrainiens.

Opep : les prix du pétrole algérien ont augmenté de 12 dollars en un mois

Et l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dans son rapport mensuel publié le mardi 15 février 2022, a révélé que les prix du pétrole brut algérien de référence, « Desert Blend », ont augmenté de 12,50 dollars en février dernier, soit plus de 14 pour cent.

Selon les données contenues dans le rapport, le prix moyen mensuel du brut algérien est passé de 88,21 dollars le baril en janvier dernier à 100,71 dollars en février dernier, soit une augmentation de 14,2 %.

Ainsi, le mélange saharien s’est classé deuxième dans la liste des bruts les plus chers qui composent le panier de l’Opep en février, après le brut angolais, qui a atteint son pic à 100,78 dollars le baril.

Le prix du brut algérien est basé sur les prix du brut Brent et du brut standard de la mer du Nord négociés sur le marché de Londres, avec une prime supplémentaire due à ses propriétés physiques et chimiques préférées par les raffineries.

Dans les échanges du mardi 15 février, les prix du pétrole ont chuté de manière significative, à leur plus bas niveau en deux semaines, parallèlement aux pourparlers de cessez-le-feu entre la Russie et l’Ukraine, qui ont apaisé les craintes de ruptures d’approvisionnement.

Les contrats à terme sur le Brent ont chuté de 5,95 dollars, soit 5,6%, à 100,95 dollars le baril à 07h47 GMT, après avoir plongé de plus de 6 dollars à 100,05 dollars plus tôt dans la session.

Le brut américain West Texas Intermediate est également tombé sous le niveau de 100 dollars pour la première fois depuis le 1er mars, chutant de 5,49 dollars, ou 5,3%, à 97,52 dollars le baril, après être tombé à 96,70 dollars plus tôt dans la session.

Les deux indices ont chuté de plus de 5% lundi.

Le pétrole algérien touche le seuil des 136 dollars pour la première fois depuis des années

Le 9 mars 2022, les prix du pétrole algérien ont enregistré une augmentation significative, le prix du baril de Sahara Bland atteignant 136 dollars, après que les États-Unis ont annoncé qu’ils cesseraient d’importer du pétrole et du gaz de Russie, ce qui a entraîné une augmentation des prix. en général.

Le prix du pétrole brut algérien, Sahara Bland, a atteint le niveau de 136 dollars le baril dans les échanges mercredi, avec une hausse de plus de 5%.

Et selon ce qui a été publié par le site spécialisé « Oil Price », le prix du baril de brut du désert algérien a atteint 136,11 dollars, soit une augmentation de +5,59% par rapport à la séance précédente.

Et les prix à terme du Brent pour livraison en mai ont augmenté de 2,12%, ou 2,75 dollars, à 130,67 dollars le baril.

Les prix des contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate pour livraison en avril ont également augmenté, de 1,61%, soit deux dollars, à 125,7 dollars le baril.

Après avoir chuté pendant une journée, les prix du pétrole remontent

Le 8 mars 2022, les prix du pétrole brut ont repris leur hausse dans les échanges matinaux, mardi, après un repli correctif depuis le milieu de séance de lundi, au moment où les craintes persistaient en raison de la crise ukrainienne.

Les prix du pétrole étaient à 139 dollars en début de séance, lundi, sous l’impact des déclarations américaines appelant les pays européens à cesser d’acheter du brut russe.

Mais les prix se sont calmés et sont tombés à 123,2 dollars en fin de séance de lundi, avant de connaître une hausse en début de séance, mardi.

A (07h23) GMT, le prix des contrats à terme sur le Brent pour livraison en mai a augmenté de 3,40%, soit 4,08 dollars, pour atteindre 127,27 dollars le baril.

Les prix des contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate pour livraison en avril ont également augmenté de 2,80%, soit 3,3 dollars, pour atteindre 122,7 dollars le baril.

Le 7 février 2022, les prix du pétrole ont atteint des niveaux historiques, touchant 140 dollars le baril, se rapprochant du plus haut niveau jamais enregistré en août 2008.

La hausse est intervenue après que les États-Unis ont révélé qu’ils discutaient d’une interdiction d’importer du pétrole de Russie, deuxième producteur mondial de brut, ce qui a fait craindre une grave crise d’approvisionnement.

À 5 h 40 (heure de Greenwich), les prix à terme du Brent, pour livraison en mai 2022, ont bondi de 10 %, soit 11,64 $, pour atteindre 129,75 $ le baril, le plus haut niveau depuis juin 2008, après avoir augmenté d’environ 7 % dans le Séance du vendredi. , le quatre mars.

Le prix du brut Brent a touché le niveau de 140 $ en quelques minutes à l’ouverture (139,13 $), proche de son plus haut historique enregistré en août 2008 à 147,50 $.

Les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate pour livraison en avril ont également augmenté d’environ 9%, ou 10,27 dollars, à 126 dollars le baril, après avoir gagné 7,4% lors de la session précédente, et le brut américain avait augmenté dans les premières minutes de négociation à 130,50 dollars avant de réduire ses revenus.

Ainsi, les gains pétroliers depuis le début de cette année s’élèvent à plus de 67% pour chacun d’eux, dépassant de plus de 50% ce qu’ils ont réalisé sur l’ensemble de l’année 2021, et le rapprochant des gains annuels les plus élevés de 1999.

le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken a annoncé, dimanche, que les Etats-Unis et l’Union européenne « discutaient intensivement » de la possibilité d’interdire les importations de pétrole russe en réponse à l’opération militaire contre l’Ukraine, et que l’administration du président Joe Biden est sous pression politique croissante pour étendre les sanctions contre la Russie au domaine de l’énergie. Jusqu’à présent, ce secteur a été exempté des sanctions occidentales pour maintenir la stabilité du marché.

On s’attend à ce que davantage de pétrole soit injecté sur le marché en raison du retrait coordonné des stocks de pétrole dans les pays développés s’élevant à 60 millions de barils, et le Japon a déclaré vendredi qu’il avait l’intention de retirer 7,5 millions de barils de pétrole, un montant qui constitue une petite partie de sa demande.

Le 3 mars 2022, les prix de référence mondiaux du Brent ont bondi lors des échanges d’aujourd’hui, jeudi, à des niveaux proches de 120 dollars le baril, avec une forte augmentation proche de 7 dollars le baril.

Jeudi, le prix du brut américain West Texas Intermediate a dépassé les 115 dollars le baril, un record depuis 2008, poussé par l’invasion russe de l’Ukraine, qui est entrée dans sa deuxième semaine et les doutes sur l’approvisionnement en or noir russe, tandis que le prix du Brent brut a approché 120 $.

Vers 08h45 GMT, le prix du brut de l’ouest du Texas a augmenté de 4,18% à 115,26 dollars le baril, après avoir atteint un pic de 116,57 dollars. Le pétrole Brent, la référence en Europe, a augmenté de 4,19% à 117,78 dollars, après avoir approché 119,84 dollars.

Et l’alliance « OPEP + » a maintenu inchangée la politique d’ajustement de la production, en avril prochain, en augmentant la production de 400 000 barils par jour, malgré la hausse des prix du pétrole.

Parmi les plus chers au monde.. Le pétrole algérien atteint 115 dollars

Le 3 mars 2022, le prix du pétrole brut algérien a atteint le niveau de 115 dollars le baril dans les échanges de jeudi, avec une hausse de près de 4 %.

Et selon ce qui a été publié par le site spécialisé « Prix du pétrole » , le prix du brut du désert algérien a atteint 115,84 dollars le baril, soit une hausse de +3,98 % par rapport à la séance précédente.

Le brut algérien est devenu l’un des plus chers parmi tous les bruts produits par l’OPEP et en dehors.

Les prix du pétrole bondissent à leur plus haut niveau depuis 2014 en raison de la crise ukrainienne

Et le mercredi 2 mars 2022, le prix du baril de pétrole est monté à 111 dollars pour la première fois en 8 ans, avec la poursuite de la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine et le refus de « l’OPEP+ » d’augmenter la production .

Et les données de la Bourse de Londres ont indiqué que la valeur des contrats à terme d’exécution pour le pétrole brut Brent, avec livraison en mai 2022, a augmenté de 5,83 %.

Selon les données de cette bourse, le prix du baril de Brent a atteint 111,09 dollars.

La croissance du prix du Brent a ralenti à 5,77 %, pour s’échanger à 111,03 $ le baril.

Pour sa part, l’agence de presse Reuters a déclaré que le pétrole brut américain avait augmenté de plus de 6 dollars à 109,58 dollars le baril.

La dernière fois que le prix du Brent a dépassé 111 dollars le baril, en août 2014.

Les sanctions croissantes imposées par les pays occidentaux à la Russie font craindre un arrêt des exportations russes de pétrole et de gaz, ce qui se traduit par une hausse des prix.

Les approvisionnements russes représentent environ 40% des besoins européens en gaz, tandis qu’environ 2,3 millions de barils de brut russe voyagent chaque jour vers l’ouest via un réseau de pipelines.

Les prix du pétrole franchissent la barre des 100 dollars pour la première fois depuis des années

Le jeudi 24 février 2022, le prix du baril de pétrole a franchi la barre des 100 dollars pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé le lancement d’une « opération militaire » en Ukraine.

Et le prix du baril de Brent a enregistré 103,3 dollars, avec des inquiétudes grandissantes quant à une guerre à grande échelle en Europe de l’Est.

Jeudi, la Bourse de Moscou a annoncé la suspension des échanges sur fond d’opération militaire lancée par la Russie contre l’Ukraine.

« Les échanges sur tous les marchés ont été suspendus », a-t-elle déclaré dans un communiqué. La reprise des échanges sera annoncée ultérieurement.

En revanche, la Bourse de Hong Kong a chuté jeudi à la mi-journée, l’indice Hang Seng perdant 3,11% de sa valeur après l’annonce d’une opération militaire russe en Ukraine.

Le 22 février, les prix du pétrole ont dépassé les 98 dollars le baril, pour la première fois depuis septembre 2014, à la lumière de l’escalade des tensions autour de la crise ukrainienne.

À 11 h 15 GMT, les contrats à terme sur le brut américain West Texas Intermediate ont augmenté de 4,62 % à 95,28 $ le baril.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 3,46% à 98,69 dollars le baril, selon les données du site Web de Bloomberg.

La hausse des prix du pétrole survient alors que les investisseurs craignent que les approvisionnements en pétrole de la Russie, l’un des principaux producteurs mondiaux de brut, ne soient affectés par la crise ukrainienne.

Lundi soir, le président russe Vladimir Poutine a signé deux décrets reconnaissant l’indépendance des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk vis-à-vis de l’Ukraine.

Le 14 février 2022, les prix du pétrole ont enregistré leur plus haut niveau en plus de 7 ans, au milieu des craintes qu’une éventuelle invasion russe de l’Ukraine n’entraîne des sanctions de la part des États-Unis et de l’Europe et perturbe les exportations d’énergie du plus grand producteur mondial.

Les contrats à terme sur le Brent étaient à 95,56 dollars le baril à 02h35 GMT, soit une augmentation de 1,12 dollar, après avoir enregistré plus tôt 96,16 dollars, le plus haut niveau depuis octobre 2014.

Le brut américain West Texas Intermediate a augmenté de 1,28 $, ou 1,4 %, pour atteindre 94,38 $ le baril, se situant près d’un sommet de la session de 94,94 $, le plus élevé depuis septembre 2014.

Les déclarations des États-Unis concernant une attaque imminente de la Russie contre l’Ukraine ont ébranlé les marchés financiers mondiaux.

Le 4 février 2022, les prix du pétrole ont connu un nouveau sommet, le prix du baril de « Brent » dépassant les 92 dollars le baril pour la première fois depuis octobre 2014.

À 9 heures GMT, les contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate ont augmenté de 1,27% à 91,42 $ le baril.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 1,21 % à 92,21 $ le baril, selon les données du site Web de Bloomberg.

Les prix du pétrole atteignent 90 dollars le baril

Le 30 janvier 2022, les prix du pétrole ont augmenté pendant le week-end, pour atteindre leur plus haut niveau depuis octobre 2014, et ce sur fond de tensions persistantes sur la question ukrainienne pour faire craindre des approvisionnements.

Les contrats à terme sur le brut de référence Brent ont augmenté à 90,34 dollars le baril lors de la séance de samedi, après avoir atteint 91,04 dollars jeudi soir, le plus haut niveau depuis octobre 2014.

Et les contrats à terme pour le brut West Texas Intermediate ont atteint 87,61 dollars le baril.

Le brut américain a également atteint un sommet en sept ans de 88,54 $ plus tôt dans la session.

Les deux indices de référence ont enregistré la plus longue séquence de gains hebdomadaires depuis octobre de l’année dernière.

Les prix du pétrole continuent d’être soutenus par les craintes que la crise ukrainienne ne perturbe les marchés de l’énergie, mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou ne voulait pas de guerre avec l’Ukraine.

Le président américain Joe Biden et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen se sont engagés à coopérer pour assurer la sécurité énergétique en Europe et en Ukraine également, à la lumière de la confrontation sur le renforcement des troupes russes à la frontière avec l’Ukraine.

Les cours du pétrole au plus haut depuis deux mois

Le 12 janvier 2022, les prix du pétrole ont augmenté, en cours de séance, au-dessus du niveau de 84 dollars le baril, pour la première fois depuis le 10 novembre dernier.

À 6 GMT, les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 0,12% à 83,82 dollars le baril, et avant cela, les contrats mondiaux sur le brut ont enregistré une lecture de 84,01 dollars le baril, pour la première fois depuis le 10 novembre 2021.

Pendant ce temps, les contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate ont augmenté de 0,27% à 81,44 $ le baril, selon les données du site Web de Bloomberg.

Les prix du pétrole connaissent une hausse récente à la lumière des craintes des investisseurs d’une baisse des exportations de brut du Kazakhstan, le pays pétrolier membre du groupe « OPEP + ».

Les prix du pétrole remontent après les craintes d’assouplissement « Omicron »

Le 28 décembre 2021, les prix du pétrole brut ont augmenté en début de séance, au-dessus de 78 dollars le baril de Brent, pour des raisons liées à la stabilité de la demande mondiale de brut, malgré les inquiétudes suscitées par l’apparition du mutateur « Omicron ».

L’amélioration des prix intervient également, en prévision de la réunion de l’alliance « OPEP + » qui se tiendra le 4 janvier, alors que les plans d’assouplissement des restrictions de production actuelles resteront inchangés.

À 07h24 GMT, les prix à terme du Brent pour livraison en mars ont augmenté de 0,10%, soit 7 cents, à 78,29 dollars le baril.

Les contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate pour livraison en février ont également augmenté de 0,15%, ou 11 cents, à 75,69 dollars le baril.

Les infections mondiales par le virus Corona augmentent, dans un contexte de resserrement des procédures aux frontières et aux passages internationaux, et certains pays réduisent le nombre de personnes dans les rassemblements, dans le cadre des efforts visant à contenir le virus.

Les compagnies aériennes internationales ont annulé, dimanche, ou reporté des milliers de vols prévus vendredi et samedi, en raison des restrictions accrues imposées par les pays, pour empêcher l’épidémie « Omicron », et d’autres raisons liées au mauvais temps dans l’ouest des États-Unis.

Et le site Web de navigation « FlightAware », qui suit les vols civils et commerciaux dans le monde, a signalé que 8000 autres vols ont été reportés dans le monde, en raison des restrictions croissantes imposées par les pays, pour empêcher la propagation du mutant « Omicron ».

De nouvelles informations sur Omicron font grimper les prix du pétrole

Le 7 décembre 2021, les prix du pétrole ont augmenté, après avoir augmenté de 5 % lors de la session précédente, alors que les inquiétudes se sont apaisées quant à l’impact de la souche mutée Omicron du virus Corona sur la demande mondiale de carburant.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 60 cents, soit 0,8%, à 73,68 dollars le baril à 05h20 GMT.

Les contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate ont augmenté de 74 cents, ou 1,1%, à 70,23 $ le baril, après avoir augmenté de 4,9 lors de la session précédente.

Les prix du pétrole ont chuté la semaine dernière, au milieu des craintes que les vaccins disponibles soient moins efficaces pour résister au nouveau mutant, Omicron, ce qui a fait craindre que les gouvernements recourent à la réimposition de restrictions pour limiter sa propagation, ce qui pourrait nuire à la croissance mondiale et à la demande de pétrole.

Mais un responsable de la santé sud-africain a déclaré ce week-end que les cas d’Omicron étaient bénins, et le plus haut responsable américain des maladies infectieuses, Anthony Fauci, a déclaré: « Il ne semble pas y avoir de degré de gravité significatif » dans les symptômes jusqu’à présent.

Autre signe de confiance dans la vigueur de la demande de pétrole, l’Arabie saoudite a relevé dimanche son prix de vente officiel. Cela est intervenu après que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole « OPEP » et ses alliés, le groupe connu sous le nom de « OPEP + », ont convenu de continuer à augmenter les approvisionnements de 400 000 barils par jour en janvier 2022 malgré le retrait de la réserve stratégique américaine de pétrole.

Les cours du pétrole au plus bas depuis deux mois

Le 26 novembre 2021, les prix du pétrole ont poursuivi leur baisse lors de la séance de vendredi, atteignant sous le niveau de 77 dollars, pour la première fois depuis le 30 septembre dernier, à la lumière des inquiétudes économiques concernant les répercussions de la surveillance d’une nouvelle version mutée du virus Corona émergent. en Afrique du sud.

Et les médias internationaux ont indiqué que le prix du baril de « Brent » est tombé sous le niveau de 77 dollars, pour la première fois depuis le 30 septembre dernier. Et à 14 h 29, heure de Moscou, les contrats à terme mondiaux sur le brut ont chuté de 5,87 % à 76,17 $ le baril.

Pendant ce temps, les contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate ont chuté de 6,77% à 73,08 $ le baril.

Les prix du pétrole sont à leur plus haut niveau depuis des années

Et à la mi-octobre 2021, les prix du pétrole ont atteint leurs plus hauts niveaux depuis des années, et c’est alors que la demande continue de se remettre de la pandémie de Covid-19.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 87 cents, soit 1%, pour atteindre 85,73 dollars le baril, le prix le plus élevé depuis octobre 2018.

Les contrats à terme sur le brut américain West Texas Intermediate ont augmenté de 1,12 $, ou 1,4 %, pour atteindre 83,40 $ le baril, le plus élevé depuis octobre 2014.

Les contrats de brut Brent et West Texas ont augmenté d’au moins 3% la semaine dernière.

« La suppression des restrictions dans le monde est susceptible d’aider à la reprise de la consommation de carburant », ont déclaré lundi les analystes de l’ANZ Bank dans une note, ajoutant que « la nouvelle que les États-Unis ouvriront leurs frontières aux voyageurs étrangers vaccinés le mois prochain a soutenu le marché du carburéacteur. Des mouvements similaires ont suivi en Australie et dans toute l’Asie.

Le 15 octobre 2021, les prix du pétrole ont dépassé le niveau de 85 dollars le baril, pour la première fois depuis octobre 2018.

Les contrats à terme sur le pétrole Brent ont augmenté de 1,04% à 85,02 dollars le baril, portant le mix à son plus haut niveau depuis octobre 2018.

Le brut américain West Texas Intermediate s’échangeait à 82,09 $ le baril, soit une augmentation de 0,96 % par rapport au cours de clôture précédent, selon le négoce.

Cette hausse s’inscrit dans un contexte d’indications croissantes d’un approvisionnement serré au cours des prochains mois, avec des attentes accrues de passage aux produits pétroliers à la lumière de la forte hausse des prix du gaz naturel et du charbon.

La demande a rebondi avec la reprise après la pandémie de COVID-19, ainsi que le passage de l’industrie du gaz et du charbon coûteux au mazout et au diesel pour l’électricité.

Les analystes ont également souligné une forte baisse des stocks de pétrole de l’Organisation de coopération et de développement économiques, à leur plus bas niveau depuis 2015.

Les prix du pétrole remontent après une série de pertes

Le 18 août 2021, les prix du pétrole brut ont augmenté dans les échanges du matin, après quatre jours de baisse, avec l’émergence de chiffres préliminaires concernant la baisse des stocks de pétrole brut aux États-Unis au cours de la semaine dernière.

Les prix à terme du pétrole brut Brent pour livraison en octobre ont augmenté de 0,81%, ou 56 cents, à 69,59 dollars le baril.

Les contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate pour livraison en septembre ont également augmenté de 0,71%, ou 47 cents, à 67,06 dollars le baril.

Cependant, la croissance des prix du pétrole reste faible, les investisseurs s’inquiétant de plus en plus du ralentissement de la demande de carburant en raison de l’accélération des infections par le virus « Corona » et de la possibilité d’imposer de nouvelles restrictions aux économies.

Article précédentTransport maritime: les billets de l’Aïd al-Adha pour la communauté s’épuisent en un temps record
Article suivantUn clip Vidéo qui a fait grand bruit.. « Disco Maghreb » est une lettre d’amour de « DJ Snake » aux Algériens