Le dossier libyen : Nicolas Sarkozy mis en examen pour recel de subornation de témoin et association de malfaiteurs

0
Le dossier libyen : Nicolas Sarkozy mis en examen pour recel de subornation de témoin et association de malfaiteurs

France – Le 6 octobre 2023, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour recel de subornation de témoin et association de malfaiteurs dans l’enquête sur la rétractation de l’intermédiaire Ziad Takieddine. Cette mise en examen est une nouvelle étape dans le dossier libyen, qui a déjà valu à l’ancien président de la République deux condamnations en première instance, dont une annulée en appel.

L’affaire libyenne remonte à 2012, lorsque Ziad Takieddine accuse Nicolas Sarkozy d’avoir reçu des fonds libyens en 2007 pour financer sa campagne présidentielle. Ces accusations sont reprises par plusieurs médias, mais elles sont contestées par l’ancien président, qui dénonce un « complot ».

En 2017, Ziad Takieddine est condamné à cinq ans de prison pour faux témoignage dans cette affaire. Il est alors incarcéré en France, mais il est libéré en 2019 après avoir obtenu une remise en liberté conditionnelle.

La rétractation de Takieddine

Le 22 novembre 2020, Ziad Takieddine annonce dans une interview à BFMTV et Paris Match qu’il se rétracte de ses accusations contre Nicolas Sarkozy. Il affirme que ses déclarations précédentes étaient fausses et qu’il avait été contraint de les faire sous la pression de la justice libyenne.

Cette rétractation est un coup dur pour l’enquête sur le financement libyen de la campagne présidentielle de 2007. Les juges d’instruction soupçonnent alors Nicolas Sarkozy d’avoir participé à une opération visant à obtenir la rétractation de Takieddine.

Les soupçons de corruption

Les juges d’instruction s’intéressent notamment à l’implication de l’avocat franco-libanais Me Thierry Herzog, qui a été mis en examen pour corruption et trafic d’influence dans cette affaire. Ils soupçonnent Me Herzog d’avoir joué un rôle dans la rétractation de Takieddine, en échange d’une rémunération.

Les juges d’instruction ont mené des investigations approfondies sur la rétractation de Takieddine. Ils ont notamment entendu de nombreux témoins, dont Ziad Takieddine lui-même.

Les juges d’instruction ont également saisi des documents et des données informatiques, notamment les enregistrements téléphoniques entre Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog et Alexandre Djouhri.

Les mises en examen

Le 6 octobre 2023, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour recel de subornation de témoin et association de malfaiteurs. Me Thierry Herzog a également été mis en examen pour corruption et trafic d’influence. Alexandre Djouhri a été mis en examen pour complicité de subornation de témoin et association de malfaiteurs.

La mise en examen de Nicolas Sarkozy est une nouvelle étape dans le dossier libyen, qui pourrait encore durer plusieurs années. Si l’ancien président est reconnu coupable, il pourrait être condamné à une peine de prison ferme.

L’affaire libyenne est un dossier complexe et controversé, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. La mise en examen de Nicolas Sarkozy est une nouvelle preuve que cette affaire n’est pas close.

Article précédentConflit Israël-Palestine : Le Hamas déclenche l’Opération ‘Déluge d’Al Aqsa’ avec une Incursion Historique en Israël
Article suivantÉchange Diplomatique Tendu à l’ONU : Le Maroc et l’Algérie en Dispute sur Fond de Prostitution à Marrakech