Le gouvernement espagnol condamne la décision de Barcelone de suspendre ses relations avec Israël

    0
    Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares

    Le gouvernement espagnol désapprouve la décision prise par la Mairie de Barcelone de suspendre temporairement ses relations institutionnelles avec Israël et son jumelage avec Tel-Aviv.

    Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares, a déclaré que cette décision unilatérale ne construirait pas de dialogue entre Israël et la Palestine.

    Il a souligné que Barcelone était une ville ouverte et que cette décision portait atteinte à cette valeur.

    La maire de Barcelone, Ada Colau, a annoncé la suspension des relations de la ville avec Israël et son jumelage avec Tel-Aviv jusqu’à ce que les autorités israéliennes mettent fin à la violation systématique des droits de l’homme contre les Palestiniens. Cette décision a été prise à la suite d’une pétition de plusieurs groupes pro-palestiniens de Barcelone.

    La décision a été bien accueillie en Palestine, mais elle a également suscité de vives critiques, notamment de la part de la Fédération des communautés juives d’Espagne, qui l’a jugée « antisémite » et « ne représentant ni dans la forme ni dans le fond ce que sont Barcelone et ses citoyens ».

    Cette suspension temporaire des relations avec Israël montre l’implication de Barcelone dans la résolution du conflit israélo-palestinien et met en évidence la position politique de la ville.

    Cependant, cette décision a également des conséquences économiques et commerciales, qui ne sont pas négligeables pour une ville tournée vers l’ouverture et l’innovation.

    Article précédentL’Algérie appelle à respecter la souveraineté de la Libye et l’indépendance de sa décision
    Article suivantLe recul du niveau de la mer en Algérie : un phénomène naturel sans lien avec le séisme en Turquie