Le Mali demande une session d’urgence du Conseil de sécurité à cause de la France

0
Conseil de sécurité
Advertisement

Mali France: Mercredi, le ministère malien des Affaires étrangères a appelé à une session d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU pour examiner ce que Bamako appelle « le soutien de la France aux groupes rebelles dans le pays ».

Selon ce qui a été rapporté par les médias internationaux, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a envoyé une lettre au président du Conseil de sécurité de l’ONU, Zhang Jun, demandant une session d’urgence du conseil.

Dans sa lettre, Diop accuse la France de soutenir les groupes rebelles au Mali, de les armer et de leur fournir des informations, soulignant que son pays dispose de « preuves crédibles » pour prouver ces accusations.

Auparavant, la France avait annoncé lundi le retrait de ses derniers soldats du Mali. Après une mission de 9 ans, dans le cadre de la force militaire « Barkhane » de lutte contre le terrorisme.

Bamako apprécie « l’engagement personnel du président Tebboune pour la paix et la réconciliation au Mali

Le 8 août 2022, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdellay Diop, en visite en Algérie, a apprécié l’engagement personnel du président Abdelmadjid Tebboune en faveur de la paix et de la stabilité au Mali, réitérant l’appréciation de son pays pour la solidarité effective exprimée à tout moment par l’Algérie.

C’était lors d’entretiens qui ont eu lieu dimanche entre Diop et le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger Ramtane Lamamra, dans le cadre de consultations politiques périodiques entre les deux pays.

Selon un communiqué du ministère, les entretiens ont porté sur « le renforcement des relations de fraternité et de coopération entre les deux pays, ainsi que sur les perspectives d’avancement de la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation au Mali issu du volet d’Alger ».

Lors de la rencontre élargie entre les affaires étrangères des deux pays, qui a suivi la rencontre des deux ministres en privé, il a été convenu de « poursuivre les efforts conjoints pour intensifier le partenariat algéro-financier dans divers domaines et rétablir les mécanismes de coopération bilatérale ». ”

S’agissant de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger, « les deux ministres se sont félicités des résultats encourageants de la deuxième réunion décisionnelle de haut niveau, qui s’est tenue à Bamako du 1er au 5 août, portant principalement sur la question du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration. ”

Lamamra a rassuré son homologue malien que l’Algérie, compte tenu de ses responsabilités à la tête de la médiation internationale, et du Comité de suivi de la mise en œuvre de l’Accord, et en tant que pays voisin, ne ménagera aucun effort pour accompagner les parties maliennes dans la voie de paix et réconciliation au Mali.

Article précédentÉtude : Un nouveau symptôme de santé menace les personnes qui ont contracté le corona
Article suivantUn ministre britannique exprime son « bonheur » avec l’inclusion de l’anglais à l’école primaire en Algérie