Le Maroc sera absent au sommet du deuxième anniversaire des accords de normalisation avec Israël

0
mohamed 6
Advertisement

Maroc Israël: Les pays arabes normalisés avec Israel, menés par le Royaume du Maroc, n’ont pas été en mesure de fournir une garantie aux Palestiniens de ne pas négliger leur cause, après la position honteuse de Rabat sur la récente agression sioniste contre le mouvement du Jihad islamique dans la bande de Gaza.

Le plus que ces pays pourraient répondre à la récente agression de l’entité sioniste, qui est une excuse pour avoir participé au sommet que Tel-Aviv a misé sur l’organisation au Maroc à l’occasion du deuxième anniversaire des accords d’Abraham avant la fin de cette année, dans ce qui semblait être une réponse à l’accueil par l’Algérie du sommet de la Ligue arabe attendu à Al-Fateh en novembre prochain.

À cet égard, le journal hébreu Haaretz a rapporté que l’entité sioniste avait décidé d’annuler le sommet, qui devait se tenir au cours du dernier tiers de cette année, avec la participation du Maroc, des Émirats arabes unis et de Bahreïn, en plus des États-Unis. d’Amérique, en tant qu’État parrain de ce qu’on a appelé les «accords d’Abraham», une décision qui a également été confirmée par le ministre de la Coopération régionale à Tel-Aviv, Issawi Frej, plus tard.

Haaretz a déclaré que l’entité occupante a été contrainte d’annuler la tenue de ce sommet, après les réserves du Royaume du Maroc, des Émirats arabes unis et de Bahreïn pour y participer, justifiant cette réserve par la date imminente des élections législatives en hébreu entité, et leur refus de considérer leur participation comme une ingérence dans les élections israéliennes, qui se tiendront à l’automne prochain.

Parallèlement à cette position, qui vise à absorber la colère populaire au Royaume du Maroc, en raison de sa position honteuse sur la récente agression sioniste sur la bande de Gaza, les médias marocains connus pour avoir des liens avec le régime du Makhzen, ont délibérément divulgué des rumeurs et des analyses selon lesquelles Rabat a menacé Tel-Aviv de se retirer des accords de normalisation en raison du dernier attentat.

Ces fuites ont ensuite fourni une autre lecture de la déclaration du ministère marocain des Affaires étrangères, niant que la position de Rabat soit pacifiante, assimilant la victime au bourreau, et plus encore, qu’ils ont commencé à parler de choses qui se sont passées sous la table, indiquant que les Marocains grognent contre le ciblage. civils et l’usage excessif de la force contre un peuple sans défense et retour La politique d’assassinats contre les Palestiniens, après la liquidation des chefs de terrain du mouvement Jihad lors du dernier attentat.

Les armes du régime makhzen ont poursuivi en disant que n’eût été les pressions exercées par Rabat sur Tel-Aviv, la récente agression contre Gaza ne se serait pas arrêtée aussi rapidement, ignorant le lourd coût de cette agression même au regard de sa courte durée, ainsi que ses répercussions sur l’étape suivante, car l’entité sioniste a transformé l’agression contre les Palestiniens en un simple sport, il frappe quand il veut et cible qui il veut, et s’arrête quand il veut, mais sans responsabilité ni supervision, et même sans critique de ses amis arabes qui sont imprimables.

Certains observateurs ont vu dans de telles analyses une tentative de la monarchie d’absorber la colère du peuple marocain grincheux face à l’attitude imprudente de son gouvernement sur une question cruciale dans les mondes arabe et islamique, une justification similaire à celle qui a été promue immédiatement après la normalisation, pour l’effet que la construction de ponts avec l’entité The Zionist aide les imprimeurs à jouer le rôle d’un médiateur réussi entre Tel-Aviv et les Palestiniens, mais ils n’ont pas présenté un seul exemple réussi à cet égard.

De l’avis de nombreux observateurs, le régime qui n’a pas été en mesure de formuler une position claire condamnant l’agression brutale, brutale et disproportionnée contre les Palestiniens sans défense dans la bande de Gaza, et qui a été impliqué dans l’égalité entre le bourreau et la victime, ce signifie que ce régime est devenu incapable de faire face à la vérité dans toutes ses manifestations, mais est devenu un otage à cause de la normalisation, qui est la situation atteinte par le Royaume du Maroc, qui a accéléré son adhésion à l’entité usurpatrice, sécuritaire, militaire, politiques, économiques et commerciaux.

Article précédentProduction des semences : huit conventions signées avec des laboratoires universitaires
Article suivantL’entraîneur de West Ham continue de critiquer Benrahma, partir est la meilleure option