Le Maroc sollicite des financements internationaux pour la CAN 2025 et la Coupe du Monde 2030

    0
    Le Maroc sollicite des financements internationaux pour la CAN 2025 et la Coupe du Monde 2030

    Maroc Foot – Le Maroc, un pays qui fait face à une dette nationale abyssale de 104 milliards de dollars, a déjà commencé à solliciter des financements internationaux pour deux événements sportifs majeurs : la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2025 et la Coupe du Monde de football 2030.

    Ces deux compétitions prestigieuses seront organisées en collaboration avec l’Espagne et le Portugal, plaçant le Maroc au centre de l’attention sportive mondiale. Cependant, les préoccupations concernant la capacité du Maroc à financer ces événements dans le contexte de sa dette en constante augmentation se multiplient.

    L’appel aux institutions financières internationales

    Pour recueillir les fonds nécessaires à la tenue de ces deux compétitions de grande envergure, le Maroc a orchestré une rencontre de football à Marrakech. Cette réunion avait pour but de convier des responsables de renom, notamment des représentants de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (FMI), ainsi que des dirigeants des principales institutions sportives, telles que la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) et la CAF (Confédération Africaine de Football).

    Le pays espère ainsi mobiliser de nouvelles lignes de crédit pour soutenir ces initiatives. Malheureusement, cette démarche survient à un moment où le Maroc est déjà accablé par une dette nationale massive, représentant une menace considérable pour son économie.

    Une dette nationale inquiétante

    La dette nationale du Maroc est estimée à 104 milliards de dollars, un fardeau considérable pour le pays. Même si des allégations de détournement de fonds publics par le roi Mohammed VI et sa famille ont émergé, les sommes en question ne suffiraient pas à rembourser la dette croissante qui pèse sur le Maroc.

    Alors que le pays espère organiser ces deux événements sportifs pour renforcer sa position sur la scène internationale, les critiques s’inquiètent de l’impact financier potentiel. Les questions concernant la viabilité de ces initiatives dans un contexte de dette nationale croissante demeurent.

    Une soumission aux puissances étrangères

    Le Maroc est dans une situation financière précaire, et cette dépendance croissante à l’égard des financements internationaux le soumet aux puissances étrangères. Cette soumission a été illustrée lors d’une réunion récente au Caire. En tant que président tournant de la Ligue arabe, le Maroc a été contraint d’inclure des déclarations dans laquelle il mettait sur un pied d’égalité la résistance palestinienne avec les actions de l’armée israélienne à Gaza.

    Cette obéissance aux puissances étrangères soulève des inquiétudes quant à la capacité du Maroc à défendre ses propres intérêts et à résoudre ses problèmes nationaux, en particulier ceux liés à sa dette colossale.

    Des priorités en question

    La démarche entreprise par le Maroc suscite des interrogations quant à ses priorités. Tandis que le pays se positionne comme hôte de la CAN 2025 et de la Coupe du Monde 2030, la question de savoir si ces initiatives serviront véritablement les intérêts de la population marocaine est en suspens.

    Les infrastructures sportives en ruine et les stades vétustes posent des problèmes majeurs, tandis que la dette nationale continue d’augmenter. Cette situation soulève des questions sur la pertinence de poursuivre de telles initiatives au lieu de consacrer des ressources à des besoins nationaux pressants, notamment en réponse aux récentes catastrophes naturelles.

    Article précédentL’Algérie et la Chine : Une Amitié Forte et des Liens Inébranlables Renforcés par la Visite de Tebboune à Pékin
    Article suivantImam Controversé Hassen Chelghoumi : Son Soutien à Israël Attise les Polémiques en France